xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les ours finiront-ils vieux garçons en Béarn ?


Lundi 3 Novembre 2014


Le 1er novembre 2004, Cannelle, la dernière ourse des Pyrénées disparaissait en Béarn, tuée par un chasseur. Depuis, les deux mâles Néré et Cannellito restent sans dame à honorer de leurs faveurs. Les associations, dont Ferus, appellent au renforcement d'ourse dans la région.




Le 1er novembre, Ferus accrochait une banderole à Escaut ©Ferus
Le 1er novembre, Ferus accrochait une banderole à Escaut ©Ferus
Le 1er novembre 2004, l'ourse Cannelle était abattue dans le Béarn. Sa mort signait l'extinction de l'ours pyrénéen dont elle était la dernière représentante sur le massif. Elle laissait un fils, Cannellito, âgé de huit mois. Si la dépouille de Cannelle aujourd'hui naturalisée est une pièce de musée à Toulouse, sa progéniture a grandi, beau mâle de plus de dix ans. A l'instar de son père Néré, Cannellito arpente les Pyrénées occidentales. Deux mâles solitaires qui chaque printemps cherchent une dame sur leur territoire. En vain.

Ferus suspend une banderole à l'entrée d'Escaut dans le Béarn

Car dans les Pyrénées occidentales les deux ours n'ont plus de femelle à se mettre sous la dent. Ces dames fréquentent toutes d'autres lieux, les Pyrénées centrales, et il y a peu de chances que les uns parviennent à allécher les secondes et les inciter à s'installer en Béarn, bastion historique des ursidés aux yeux des associations qui militent pour l'espèce.

Et c'est justement pour que l'espèce ne disparaisse pas des Pyrénées occidentales que Ferus ou Adet Pays de l'ours depuis des années y demandent un renforcement de femelles. « Si nous ne renforçons pas le noyau occidental, avec des femelles, l’espèce ne pourra atteindre « un statut favorable de conservation » sur le massif » assurent les associations.

Elles n'ont eu de cesse d'interpeller les gouvernements successifs et leur rappeler l'engagement de la France à protéger l'espèce en procédant à des réintroductions. Leurs demandes sont jusqu'à présent restées lettres mortes.

« Alors pour l'anniversaire de la mort de Cannelle, nous avons décidé de revenir sur le terrain, explique Sabine Matraire, vice-présidente de Ferus. Samedi, nous avons suspendu une banderole à Escaut dans le Béarn, en souhaitant qu'elle y reste le plus longtemps possible. Nous espérons que l'on va en parler : le dimanche est jour de marché ! »

Pour les associations, la cohabitation entre élevage et ours est possible

Il a couru la rumeur que la jeune ourse Auberta, découverte orpheline le 17 avril dans le village d'Aubert dans le Val d'Aran pourrait rejoindre les deux mâles. Mais Sabine Matraire semble plutôt sceptique en la matière. Pour l'heure, l'oursonne qui a grandi depuis vit toujours dans en semi liberté dans un vaste enclos sécurisé par les autorités.

« Le ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a déclaré qu'elle donnait la priorité au pastoralisme, poursuit Sabine Matraire. Mais nous ne baissons pas les bras : la France s'est engagée à protéger les ours bruns et sans renforcement de la population, la population n'est pas aujourd'hui assez importante pour être viable dans le temps. Si l'Etat n'agit pas en ce sens, nous envisageons de saisir l'Union européenne pour l'y contraindre. Mais cette piste prendra quelque temps... »

L'été indien a désormais laissé place à l'automne. Les moutons ont quitté les estives béarnaises et Néré et Cannellito vont se préparer à affronter l'hiver. Au printemps prochain, les ours et les brebis devront de nouveau cohabiter sur le massif pyrénéen. Une cohabitation en laquelle les associations croient.
« En Béarn, sur 80 000 ovins en estive en zone de présence de l’ours, les dommages des ours indemnisés s’élevaient à 3 brebis en 2012, 5 en 2013, 12 en 2014, alors que les autres causes de mortalité représentent 2 à 3% du cheptel (1600 à 2400 bêtes)  » soutiennent-elles.

Et Sabine Matraire de rapeller : « En juillet dernier, il y a eu une confrontation entre quatre patous et un ours. Un des chiens est mort, ayant été victime d'un dérochement, le second blessé a été soigné et s'en est sorti. Comme les deux autres patous. Aucune brebis n'a été atteinte. »


Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement