xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les oiseaux migrateurs regardent la terre de haut

La Journée mondiale des oiseaux migrateurs


Samedi 14 Mai 2011


Chaque année, quelque 50 millions d’oiseaux dans le monde migrent. Des milliers de kilomètres battus par leurs ailes. Du sud vers le nord au printemps. Du nord vers le sud à l’automne. Les oiseaux sont sans frontières. Seuls liens souvent entre des écosystèmes bien différents. Ce sont ces écosystèmes qui ce week-end sont le thème de la Journée mondiale des oiseaux migrateurs, millésime 2011. En cause : leur réduction ou leur disparition. Et d’appeler à leur conservation.




Les oiseaux migrateurs regardent la terre de haut
Cette année la journée mondiale des oiseaux migrateurs donne un coup de projecteur sur les écosystèmes que fréquentent ces animaux-là. Elle est placée sous le thème « Les changements d’utilisation des sols – vue à vol d’oiseau ». Le but est d’alerter l’opinion sur la fragmentation et la dégradation de leurs habitats naturels. Et l’appeler à favoriser leur conservation. Ce sont le plus souvent les activités humaines qui réduisent ces habitats comme peau de chagrin.

La population humaine augmente chaque année. D’ici quarante ans, en 2050 donc, les projections l’estiment à 9,3 milliards d’individus. A 10,1 milliards au début du siècle prochain selon les Nations Unies. Nous sommes près de 7 milliards aujourd’hui à vivre sur la planète. Les villes devront donc un peu plus se développer, les champs s’étendre, pour les loger et les nourrir. Pour corollaire, des habitats naturels bouleversés. Sans parler des pollutions…

« Bien que les oiseaux migrateurs soient confrontés à de multiples menaces sérieuses, la façon dont les hommes utilisent les terres qui les entourent a, de loin, les effets les plus néfastes. L’utilisation non durable que fait l’homme des terres, que ce soit par la déforestation, l’agriculture intensive, la production de biodiesel, la mise en valeur, l’urbanisation ou l’exploitation minière, soustrait ou dégrade les habitats des oiseaux migrateurs, affectant ainsi leurs populations à l’échelle mondiale », a déclaré Bert Lenten, Secrétaire exécutif adjoint de la Convention sur les espèces migratrices (CMS) et initiateur de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs.

Les migrateurs, les sentinelles de l'environnement

Les oiseaux migrateurs sont souvent les premiers animaux à subir les effets des changements environnementaux. Ils « ont été appelés les « sentinelles mondiales des changements environnementaux » car, en une année, a commenté Nick Davidson, Secrétaire général adjoint de la Convention de Ramsar sur les zones humides dans une déclaration. Ils se déplacent entre plusieurs endroits et habitats à travers le monde, faisant ainsi l’expérience de la salubrité de leur environnement. L’état de santé de ces oiseaux nous fournit un signal clair du changement d’ensemble de notre environnement. Et le signal donné n’est pas bon. »

« En ce qui concerne les oiseaux migrateurs, le monde n’a certainement pas réussi à atteindre l’Objectif 2010 de réduction du taux d’appauvrissement de la biodiversité. Pour prendre en main les « Objectifs d’Aichi » qui y font suite et ont été adoptés l’année dernière à Nagoya lors la COP10 de la Convention sur la diversité biologique et à la réalisation desquels toutes les conventions environnementales, notamment Ramsar, la CMS et l’AEWA, se sont engagées à collaborer, il est nécessaire que nous redoublions tous d’efforts, que ce soit au niveau des gouvernements, des milieux d’affaires ou de la société civile, afin d’endiguer et d’inverser les tendances des causes sous-jacentes du déclin des oiseaux migrateurs », a ajouté M. Davidson.

Des exercusions ornithologiques ce week-end

C’est en 2006 que la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs a été lancée pour la première fois. Elle est organisée par la Convention sur les espèces migratrices (CMS) et l’Accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie (AEWA) – deux traités intergouvernementaux en faveur de la vie sauvage, administrés par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Elle est soutenue par d’autres organisations comme BirdLife International, Wetlands International et le Secrétariat du Partenariat pour la voie de migration Asie de l’Est – Australasie (EAAFP).

Dans une cinquantaine de pays, ce week-end est l’occasion d’organiser des manifestations autour des oiseaux migrateurs : festivals ornithologiques, des programmes pédagogiques, des présentations, des projections de films et des excursions ornithologiques…

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement