xoriburu.info
Ecosystèmes

Les oies de Xurrumilatx reçoivent le CEN Aquitaine


Mercredi 30 Avril 2014


Un couple d'oies cendrées à ses basques trois oisillons... Sur les eaux tranquilles de l'étang de Xurrumilatx les oiseaux sont aux aguets. Autour des lieux bientôt classés réserve naturelle régionale, plus de soixante membres du Conservatoire d'espaces naturels d'Aquitaine.




L'oie parfois sortait des joncs et appelait son mâle en poussant des cris. Il fallait le voir se précipiter vers elle. Au souvenir de la scène, Michel Guilhou en sourit encore. Le couple d'oies cendrées a pris ses quartiers sur son étang de Xurrumilatx et couvé trois oisillons. Trois oisillons qui ne quittent pas les palmes de leurs parents. Spectacle attendrissant que ne perd du regard les visiteurs du jour.

Xurrumilatx entre dans la cour royale des réserves naturelles régionales

Xurrumilatx 2
  • Xurrumilatx 2
  • Xurrumilatx 3
  • Xurrumilatx 4
  • Xurrumilatx 5
  • Xurrumilatx 6
Ce matin alors que le ciel a oublié de déverser ses pleurs sur les têtes, le propriétaire des lieux accueille plus d'une soixantaine de personnes, toutes membres du Conservatoire d'espaces naturels d'Aquitaine. Une journée un peu particulière : le CEN va tenir son assemblée générale un peu plus tard dans l'après-midi à Urt où se trouve son antenne au Pays Basque. Et signer une convention de préservation, de gestion et valorisation des zones humides de l'Artzamendi et du Mondarrain avec la mairie d'Itxassou.

Potamot, nénuphar, jonchaie, tortue cistude, cigogne, vison d'Europe, écrevisse de Louisiane... Les invités ne tarissent pas sur les plantes et animaux qu'abritent l'étang. Une zone humide qui dans quelques semaines sera classée réserve naturelle régionale. Après l'étang d'Errota Handia, propriété de Jean-François Terrasse, à quelques encablures de là, Xurrumillatx sera la seconde réserve régionale de la commune et du Pays Basque.

A ce jour, il existe 129 RNR qui couvrent 33 392 hectares du territoire français. La plus petite tient dans un mouchoir de poche : La mine du Verdy de quelques mètres carrés dans les monts du Lyonnais est un nid à chaves-souris. La plus grande, le massif du Pibeste-Aoulhet à l'ouest de Lourdes s’étend sur 5110 hectares. « Arcangues sera la seconde commune à posséder deux réserves naturelles régionales sur son territoire » souligne fièrement Michel Gilhou en présence du maire de la commune, Philippe Echeverria.

Au milieu de l'étang, le mât attend ses cigognes

« J'attends toujours les cigognes » remarque le propriétaire devant le nid au bout du mat qu'il a dressé cet automne au beau milieu de son étang. Et de jeter un clin d'œil vers son voisin goguenard. « J'ai dû attendre vingt ans avant que le premier couple n'habite le mien, lui rétorque ce dernier. Sans doute les œufs ont-ils éclos. Mais on ne voit pas encore les oisillons cachés par les branchages ! »

Et Jean-François Terrasse de poursuivre : « cet été Errota Handia a accueilli jusqu'à deux cents cigognes un matin. Mais je ne sais pas si j'assisterai une nouvelle fois à ce phénomène : la décharge de Zaluaga où beaucoup d'entre elles vont se nourrir a décidé d'effaroucher les oiseaux qui venaient s'y nourrir. Trop de goélands ! » L'effarouchement semble porter ses fruits : l'ornithologue passant à la décharge cet hiver n'y a pas vu un chat. Ou plutôt un oiseau.

Les visiteurs s'attardent. Il faut dire que les lieux sont magiques et l'accueil matinal chaleureux : café, croisant et chocolatine ! Midi sonne à la monte de la présidente du Cen. Elaine Villafruela secoue ses troupes. Déjà en retard sur le programme. Xurrumilatx va retomber dans la sérénité et les oiseaux aux abris en ressortiront.

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 3 Décembre 2018 - 16:44 Juste un coucher de soleil...

Samedi 6 Octobre 2018 - 23:37 Alternatiba rallie Surfrider à Biarritz


Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement