xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les nuages éclipsent la lune


Mercredi 15 Juin 2011


23h15 sur la côte basque. A Biarritz plus précisément. Alors que des lumières de la ville brillent, le ciel reste imperturbable au regard qui le scrute. Quelques volutes grises adoucissent son obscurité. L'éclipse totale de lune ? Rien. Pas la moindre lueur lunaire. Jusque quelques reflets photographiques. Il faudra maintenant attendre le 10 décembre avant que la prochaine éclipse surprenne l'œil.




Les nuages éclipsent la lune
On l'attendait de pied ferme. Le regard posé sur l'horizon. Non à l'ouest pour le coucher du soleil sur l'océan Atlantique. Mais au sud-est. Vers les montagnes. Mais cette fois-ci la patience n'a pas payé. Les nuages ont balayé les rêves de voir l'éclipse totale de lune promise avant les feux de la Saint Jean. Une lueur sur la photo prise. Effet d'optique ou phénomène lunaire?

Mais qu'a-t-on donc raté? Une lune noire? Le satellite aurait dû prendre une teinte cuivrée. Presque rouge ! Comment et pourquoi ? Hier dans un communiqué, l'Association française d'astronomie expliquait le phénomène : « Une éclipse totale de Lune se produit deux fois par an, lorsque la Lune passe dans le cône de pénombre puis d'ombre de la Terre. Le Soleil, la Terre et la Lune sont alors quasiment alignés, ce qui correspond de la pleine Lune. Pour que cela se produise, il faut qu'elle soit située sur le même plan orbital que celui du Soleil et de la Terre. Sinon, celle-ci l'éclipserait à chaque pleine Lune.




Cachée du Soleil, notre satellite ne disparaît pas comme on pourrait le penser. En passant dans l’ombre de la Terre, il prendra une teinte cuivrée plus ou moins rouge, caractéristique des crépuscules terrestres. Ce phénomène remarquable est dû à la réfraction de la lumière provenant de l'atmosphère terrestre, éclaire la surface lunaire. »

Le regard n'aurait même pas eu besoin de lunette astronomique pour observer le phénomène. A Biarritz, il devra patienter jusqu'au 10 décembre prochain. Et si besoin est de le réconforter, un clin d'œil sur cette simulation virtuelle d'une eclipse lunaire totale par Pixmodels (Stéphane Lieumont) avec la participation d'astroplanètes (www.astroplanètes.net) explique-t-on sur YouTube.


Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement