xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les hirondelles sillonnent le printemps


Lundi 19 Mai 2014


Ventre blanc, les premières hirondelles sont passées en avril sur le Pays Basque. Aujourd'hui elles fendent ses cieux à la quête des insectes. Et bientôt les premières nichées.




Les premières hirondelles sont arrivées sur le Pays basque en avril. Quelques-unes aperçues le temps d'une balade : elles ne sont pas revenues sur le lac. Et puis par vagues successives, elles ont pris possession de leurs territoires.

Les hirondelles de cheminée et de fenêtre n'ont pas les mêmes fréquentation

Gorge rouge et ventre blanc, les hirondelles de cheminée vont nicher à l'intérieur des bâtiments. Le plus souvent dans les campagnes, plus rarement en ville. Certaines revenant à leur nid de l'année passée. D'autres nids resteront désespérément vides...

Ventre, gorge et croupions blancs, les hirondelles de fenêtre privilégient les villes et les villages, leur nid collé sous les toitures. Impossible de confondre les deux ! Encore moins avec le martinet noir.

Les martinets noirs ne sont pas des cousins des hirondelles. Ils ont une caractéristique : ils ne se posent presque jamais ! Ces oiseaux vont jusqu’à dormir et s’accoupler en vol ! Et à l'encontre des ambassadrices du printemps, ils poussent souvent des petit cris stridents en vol.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement