xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les hirondelles font le printemps


Jeudi 26 Avril 2012


Les premières hirondelles fendent certains cieux basques depuis une semaine déjà. Elles font certes le printemps. Mais, pour l’heure, c’est un printemps plutôt pluvieux. Nous ne nous en plaindrons donc pas : la terre sèche en avait besoin.




Bec court, triangulaire et plat, les hirondelles sont des passereaux. Les ailes longues mais les pattes courtes, elles parcourent des centaines de kilomètres dans leur migration. Elles sont insectivores : c’est en plein vol qu’elles attrapent leurs plats favoris. C’est aussi en plein vol qu’elles se désaltèrent, rasant l’eau des rivières et des plans d’eau. De vrais acrobates des airs.

Hirondelle rustique, hirondelle de fenêtre et hirondelle de rivage

Les hirondelles, acrobates des cieux ©V.B
Les hirondelles, acrobates des cieux ©V.B
Dès les beaux jours, la France accueille trois types d’hirondelles : l’hirondelle rustique, l’hirondelle de fenêtre et l’hirondelle de rivage. Sans compter les martinets. L’hirondelle rustique, ou de cheminée, se distingue des autres par sa longue queue qui se termine en deux filets. Sa gorge et son front sont rouges ; ses pattes noires. A l’instar du dessus de son corps et de ses ailes.

L’hirondelle rustique aime les étables et les écuries pour construire son nid, de brindilles sèches cimentées de boue. Souvent d’une année sur l’autre, elle revient au même lieu de nidification qu’elle rafistole. Elle cherche les prairies, les cours d’eau, les parcs et jardins propices à abriter sa pitance : les insectes.

Les hirondelles et les martinets repartiront à tour de rôle dès juillet

Les hirondelles s'abreuvent en plein vol ©V.B
Les hirondelles s'abreuvent en plein vol ©V.B
L’hirondelle de fenêtre est marquée de blanc et de noir. Noirs sont sa tête, ses ailes, sa queue et son dos. Blancs sont sa gorge, son ventre, son croupion et ses pattes. Sa queue est courte et fourchue. C’est sur les parois rocheuses, ou les murs des maisons, à l’abri des auvents des toits, que ces oiseaux bâtissent leurs nids. Plusieurs d’ailleurs afin d’accueillir les deux ou trois nichées de la saison.

Enfin les hirondelles de rivage possèdent une queue encore plus courte et peu fourchue. Le dessus du corps gris brun, le dessous blanc. Elles ne conçoivent pas leurs nids sous les toits des maisons. Elles creusent des terriers dans les talus, les berges sablonneuses des rivières ou les parois abruptes des sablières. Toute la colonie s’y met pour y parvenir. Et dans les galeries forées, les couples s’installeront, chacun de leur côté.

Aujourd'hui ce sont les martinets qui arrivent...

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement