xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les grues, les trompettes de la nuit


Mardi 8 Novembre 2011


On les entend à l’automne parfois dans la nuit. Elles trompettent. Elles glapissent. Une fois, deux fois… fort lorsqu’elles sont au-dessus des têtes. Puis leur cri s’éloigne et le silence retombe. Elles sont parties. Lorsque la lune éclaire le ciel, on peut percevoir leurs silhouettes, en formation. Comme un V dessiné. Elles, ce sont les grues cendrées. Plumage gris ardoise. Des plumes noires sur leurs ailes. Les couples sont unis à la vie.




Les grues migrent même sous la pluie basque
Les grues migrent même sous la pluie basque
En France l’espèce est protégée depuis 1967. Quelques populations y hivernent. En Champagne, en Lorraine, dans le centre et les Landes. Pas loin de la côte basque, la réserve d’Arjuzanx est bien connue pour en accueillir depuis 1983 des centaines. Ces grands oiseaux-là y trouvent tout ce dont elles ont besoin pour passer l’hiver. Des champs de maïs autour pour se nourrir et des zones humides sur la réserve pour se reposer.

Les premières grues sont arrivées sur Arjuzanx le 2 octobre dernier. Un mois plus tard, le 3 novembre, leur population a compté 10 501 individus ! Une richesse ornithologique qui a incité la réserve à organiser la fête des grues ce mois-ci. Jusqu’au 16 novembre prochain, elle propose expositions, animations et conférences.

Celles qui passent au-dessus du Pays Basque s’arrêteront en Espagne surtout. Dans la Lagune de Gallocanta (40 000 oiseaux) dans la province de Saragosse ou plus loin encore en Estrémadure. Puis en février, l’espèce reprend son vol. Elle remonte vers les pays où elle va nidifier. Elle emprunte une route un peu plus à l’est qu’à l’automne. Elle s’arrête néanmoins sur les mêmes sites à chaque fois explique la LPO de Champagne-Ardennes.

La grue niche surtout dans le nord de l’Europe jusqu’en Sibérie ou Turquie : Russie, Finlande, Suède, Pologne, Allemagne, Norvège, Lettonie, Estonie, Biélorussie, Lituanie, Ukraine, Turquie, Danemark, Arménie. Mais certains couples s’arrêtent en Grande-Bretagne voire en France. Leur population est estimée entre 350 000 à 370 000 oiseaux adultes selon Birdlife.

Si les grues se rassemblent pour migrer et hiverner, c’est dans la solitude du couple qu’elles se reproduisent. Mâle et femelle, éloignés des autres couples, vont construire leur nid composé d’herbes posées à même le sol. C’est en mai que l’œuf ou les deux œufs sont pondus. Les deux adultes le couvent à tour de rôle. Un mois après le petit naît. Ou les petits. Rapidement, il est capable de suivre ses parents dans la recherche de nourriture. Insectes, mollusques d’abord, puis des végétaux.

Il suivra ses parents dans leur migration hivernale. En août et septembre à Öland, une île suédoise. Puis à Rügen, une île de la mer Baltique ou à l’intérieur de l’Allemagne où des milliers de grues cendrées se rassemblent avant de prendre la route du sud-ouest de la France pour franchir les Pyrénées. Comme celles qui passent parfois au-dessus de la côte basque. La jeune grue cendrée restera avec ses parents jusqu’à la fin de l’hiver.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement