xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les grues cendrées trompettent dans la nuit


Lundi 10 Novembre 2014


Elles ont encore trompété ce soir sur la côte basque. Seul signe de leurs silhouettes qui fendent la nuit pour leur migration post-nuptiale. Les grues cendrées arrivées massivement dans le nord de la France aujourd'hui nous promettent de nouveaux passages.




Les grues cendrées volent de nuit pour économiser leur énergie ©V.B.
Les grues cendrées volent de nuit pour économiser leur énergie ©V.B.
« Tu les entends ?  » Alors que les maisons se sont habillées de lumières sur la côte basque ce soir à 19 heures, les grues cendrées trompettent plus haut dans la nuit. Encore une photo ratée ! Les oiseaux sont vite passés, cap au sud. Vers l'Espagne où la plupart passeront l'hiver. Fin octobre, les premières migratrices avaient annoncé le grand départ d'automne. Elles avaient alerté les insomniaques d'une heure du matin.

Pourquoi les migrateurs empruntent les chemins de la nuit ?

En ce début de novembre, les grues sont arrivés massivement sur le nord de la France. Au lac du Der en Champagne-Ardenne, les observateurs de la Lpo ont compté entre 120 000 et 130 000 grues dans la matinée ! « Le temps s'améliore ce matin, les éclaircies sont de plus en plus larges et il n'y a pas de vent, il est fort probable que de nombreuses quittent le secteur en cours de matinée et milieu de journée » signale-t-on d'ailleurs sur la page Internet que la Lpo Champagne-Ardenne dédie à leur migration.

Comme les deux tiers des oiseaux migrateurs, les grues cendrées n'hésitent pas à emprunter les chemins de la nuit pour migrer. Le jour, elles se nourrissent. Mais ce n'est pas les seules raisons pour lesquelles ces oiseaux mettent à profit l'obscurité nocturne pour entreprendre leur voyage vers leurs lieux d'hivernage.

De nuit, les migrateurs économisent leur énergie : l'air y est plus frais et plus dense et réduit ainsi les dépenses énergétiques. ET c'est justement pour s'économiser que les grues cendrées volent en V. Le gain d'énergie peut atteindre jusqu'à 40% ! L'hyperthermie et la déshydratation les menacent bien moins. Enfin les vents y sont plus favorables.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement