xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les grenouilles et les serpents aquitains sur liste rouge


Mardi 17 Juin 2014


Lézard de Bonnal, orvet fragile, cistude d'Europe, sonneur à ventre jaune, grenouille des Pyrénées... L'Aquitaine abrite 22 espèces d'amphibiens et 25 espèces de reptiles. Plus d'un tiers d'entre elles sont menacées de disparition tire la sonnette d'alarme l'Observatoire aquitain de la faune sauvage dans sa première Liste rouge.




La grenouille des Pyrénées, espèce en danger en Aquitaine, n'a été découverte qu'en 1993 ©Marie Barneix
La grenouille des Pyrénées, espèce en danger en Aquitaine, n'a été découverte qu'en 1993 ©Marie Barneix
La fraicheur tombe sur le quartier Bibi de Biarritz. L'après-midi tire à sa fin et les chants des grenouilles s'élèvent. Leurs voix claires tombent comme des gouttes d'eau dans le silence. Les grenouilles n'ont pas quitté la ville. Elles forment des poches de résistance aux pressions de l'urbanisme et font fi, cachées on ne sait où, aux pollutions, aux dégradations de leurs habitats. Elles s'adaptent aux nouveaux milieux que l'homme leur a fabriqués et où il leur a finalement laissé des lieux où respirer.

Certains amphibiens et reptiles ont une capacité étonnante d'adaptation tant que la pression urbaine n'est pas trop lourde. En Aquitaine, grenouilles vertes et lézards des murailles s'accrochent aux milieux urbains. Mais d'autres espèces paient un lourd tribut aux transformations de leurs habitats dans la région.

Plus d'un tiers des amphibiens et des reptiles d'Aquitaine sont menacés de disparition

La salamandre tachetée est une espèce classée préoccupation mineure ©Marie Barneix
La salamandre tachetée est une espèce classée préoccupation mineure ©Marie Barneix
L'Observatoire aquitain de la faune sauvage s'est justement penché sur les populations des d'amphibiens et de reptiles qu'abrite la région. Un région qui recense 22 espèces d'amphibiens et 25 espèces de reptiles. L'Observatoire a évalué l'état des populations de 18 amphibiens et 19 reptiles et a dressé leur Liste rouge (1) selon le classement de l'Union internationale pour la conservation de la nature (Uicn).

Et ses conclusions sont implacables : 32%, soit plus d'un tiers, sont menacés de disparition ! Plus précisément 28% des espèces d'amphibiens et 37% des reptiles.

Si aucune des espèces n'est classée en danger critique, trois amphibiens et trois reptiles sont en danger : le sonneur à ventre jaune, le pélobate cultripède et la grenouille des Pyrénées pour les premiers et le lézard de Bonnal, le lézard ocellé et la vipère de Seoane pour les seconds.

Dans son rapport, La liste rouge régionale des amphibiens et des reptiles d'Aquitaine, l'Oafs pose un focus sur cinq espèces particulière : la grenouille des Pyrénées, le sonneur à ventre jaune, la vipère aspic, le lézard catalan et le seps strié.

La truite fario menace la grenouille des Pyrénées

Les grenouilles vertes résistent à la pression des villes ©V.B.
Les grenouilles vertes résistent à la pression des villes ©V.B.
Ce n'est qu'en 1993 que la grenouille des Pyrénées a été découverte. Brune, de petite taille et svelte, en France, elle ne vit que dans les Pyrénées-Atlantiques. Plusieurs menaces pèsent sur ses frêles épaules : une répartition restreinte, un déclin de l’étendue et de la qualité de son habitat.

« L’introduction de Truites fario (Salmo trutta) dans les torrents de montagne serait la principale cause de la dégradation de son milieu de vie et constituerait la plus grande menace pesant sur l’espèce » pointe du doigt le rapport.

Découverte après l'adoption de la directive européenne Habitat-Faune-Flore, elle n'a pas été intégrée dans ce texte. Ni ajoutée depuis. Conséquence : la loi française protège l'espèce non son habitat. « Au vu des informations avancées ci-dessus, la région Aquitaine et le département des Pyrénées-Atlantiques ont donc une responsabilité très importante vis-à-vis de la conservation de
la Grenouille des Pyrénées » commentent les auteurs du rapport.


On ne pourra pas dire que l'on ne savait pas

La vipère de Seone est en danger d'extinction en Aquitaine ©Marie Barneix
La vipère de Seone est en danger d'extinction en Aquitaine ©Marie Barneix
Autre espèce propre aux Pyrénées-Atlantiques : le lézard catalan. L’espèce est présente essentiellement dans la moitié nord de la péninsule ibérique et en région méditerranéenne française, où elle atteint le Rhône en limite orientale. En AquitaineLe lézard catalan est quasi menacée. . Si sa morphologie se rapproche de celle du lézard des murailles, il aime les de plus hautes sphères que celui-ci.

Le lézard catalan vit « uniquement sous les 950 mètres d’altitude, où sa zone d’occupation est inférieure à 500 km² » souligne le rapport qui ajoute : « il est nécessaire de surveiller l'évolution de cette espèces dans les années à venir. » C'est justement là l'un des objectifs des Listes rouges régionales : alerter sur l'état de conservation des espèces. On ne pourra pas dire :«  nous ne savions pas ! »



(1) Cette première Liste rouge devrait ouvrir la voix sur d'autres : oiseaux, mammifères. Pour la réaliser, l'Observatoire s'est appuyé sur tous les acteurs investis dans l'étude et la conservation de la faune sauvage, et particulièrement celle des amphibiens et des reptiles.

A lire sur xoriburu.info : La grenouille des Pyrénées fête ses vingt ans

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement