xoriburu.info
Ecosystèmes

Les grenouilles au secours des zones humides


Jeudi 15 Mai 2014


Regarder les zones humides par le petit bout de la lorgnette : les grenouilles et les autres petites bêtes qui s’y cachent, les plantes qui les protègent. C’est l’objectif de l’opération Fréquence Grenouille qui cette année fête ses vingt ans ! Plus de cinq cents animations prévues depuis le 1er mars dernier. Rencontre avec la grenouille de Xurrumilatx au Pays Basque.




Fréquence Grenouille met l'étang de Xurrumilatx sous les feux de la rampe ©E.G.
Fréquence Grenouille met l'étang de Xurrumilatx sous les feux de la rampe ©E.G.
« Voilà justement une grenouille ! » Dans la main d’Alionka Boiché du Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine, une toute petite bête que seul un regard averti pouvait desceller dans les herbes ! Une grenouille pas plus grande qu’une pièce d’un euro. Et encore... Attroupement autour de la main ouverte. Le batracien ne bouge pas et laisse tout loisir aux visiteurs de l’observer. Les minutes passent et les commentaires fusent.

Xurrumilatx, un ilot de biodiversité en plein Pays Basque

Michel Guilhou aidé par Alionka Boibhé et Tangui Le Moal du CEN Aquitaine, lutte chaque saison contre les écrevisses de Louisianne ©E.G
Michel Guilhou aidé par Alionka Boibhé et Tangui Le Moal du CEN Aquitaine, lutte chaque saison contre les écrevisses de Louisianne ©E.G
La main repose au sol son otage et le groupe reprend son chemin. Une boucle autour de l’étang de Xurrumilatx. Une zone humide qui s’étend sur 12 hectares, dont 7,5 ha privés, entre Arcangues et Bassussarry dans le Pays Basque. C’est en 1967 que la famille Guilhou acquiert ce petit bijou. « Il était alors au bout du monde, se souvient Michel Guilhou. J’y ai chassé, j’y ai pêché. » Jusqu’au jour où le maître des lieux, devant un canard abattu, tourne le dos à ses passions d’alors. Un virage à 180° : il se rapproche du CEN Aquitaine pour que son étang devienne un ilot du biodiversité.

Pari réussi haut la main : L’étang de Xurrimilatx doit prochainement être classée réserve naturelle régionale d’Aquitaine. D’ici un mois en fait : le site attend la signature du Conseil régional pour juin confirme Monique di Marco, conseillère régionale invitée à visiter le site. Monique di Marco profitera de l’occasion pour lancer les journées Aquitaine Nature au Pays Basque (1).

La grenouille est bien tombée. Depuis le 1er mars dernier, elle est le sujet de toutes les attentions. Elle et les autres hôtes des lacs, étangs, tourbières... Symbole de l’opération Fréquence Grenouille menée par les conservatoires d’espaces naturels et les réserves naturelles de France. Avec le soutien des agences de l'eau et du ministère de l'Ecologie. Leurs réseaux auront organisé près de 500 animations pour découvrir ces petites bêtes jusqu’au 31 mai. En ligne de mire : les milieux humides. « Les parents pauvres de nos écosystèmes » regrettent les représentants de l’agence de l’eau Adour-Garonne.

Et c’est justement dans ce cadre que l’étang de Xurrumilatx est placé sous le feu des projecteurs cette saison par le CEN Aquitaine présidée par Eliane Villafruela, présente ce 14 mai. Comme cinq autres zones humides éparpillées en France. « Tous des sites exceptionnels où des citoyens se sont investis » commente Christophe Lepine, porte-parole de Fréquence Grenouille. Xurrumilatx dont le propriétaire, avec l’aide d’Alionka Boiché veille jalousement à sa biodiversité. Et il y a de quoi faire, entre espèces invasives et qualité des eaux.

Protéger les zones humides, c’est protéger notre eau

Les zones humides sont vitales aux êtres humains rappelle Chrsitophe Lepine, porte-parole de Fréquence Grenouille ©E.G
Les zones humides sont vitales aux êtres humains rappelle Chrsitophe Lepine, porte-parole de Fréquence Grenouille ©E.G
Xurrumilatx, ce sont « des étangs et ses zones humides associées (mares, ruisseaux, prairies, mégaphorbiaies, landes humides et milieux forestiers), une zone d’accueil privilégiée pour de nombreuses espèces végétales et animales, parmi lesquelles de nombreux oiseaux et mammifères dont la loutre d’Europe et potentiellement le très rare et menacé vison d’Europe, ainsi que des reptiles, dont la cistude d'Europe, des amphibiens et une grande variété d'insectes. »

« Les zones humides sont de milieux vitaux aux êtres humains, rappelle Christophe Lépine qui est aussi secrétaire général de la fédération des conservatoires d’espaces naturels. Ils jouent un rôle essentiel : élevage, protection contre les crues... » Et de pointer du doigt les enjeux de ces écosystèmes : les ressources en eaux.

Or depuis le début du XXe siècle, les deux tiers des zones humides ont disparu en France ! Selon Fréquence Grenouille, ces écosystèmes continuent aujourd'hui encore à disparaître au rythme d’environ 10 000 hectares par an ! Sans compter les animaux et les plantes qui y sont associés.

L’eau, une ressource que le réchauffement climatique menace encore plus. « Selon le rapport sur le changement climatique en Aquitaine, notre région sera confrontée des problèmes d’eau, commente Monique di Marco.

« Protéger les zones humides, c’est protéger notre eau, c’est protéger notre vie au quotidien » Et c’est le message de Fréquence Grenouille. Plus aisé à faire passer par le biais de sympathiques petites bêtes que par de longs et techniques discours.


(1) Les journées Aquitaine Nature se tiendront du 21 au 25 mai prochains. De nombreuses animations sont prévues au Pays Basque. Nous y reviendrons dans un article dès lundi.

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 25 Juillet 2019 - 10:45 La canicule plombe l'air au Pays Basque


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement