xoriburu.info
Zooms

Les forêts méditerranéennes reculent


Vendredi 22 Mars 2013


Alors que la planète célébrait hier sa première journée internationale en faveur de la forêt, la Fao publiait son premier rapport sur les forêts méditerranéennes. Entre pression démographique et changement climatique, les forêts, véritables puits de carbone, sont en danger.




« Les forêts méditerranéennes constituent un puits de carbone significatif. En 2010, elles ont stocké près de 5milliards de tonnes de carbone, soit 1,6 pour cent du stock de carbone forestier mondial. Ces forêts fournissent également d'autres services écosystémiques précieux tels que la régulation de l'eau et du climat, la fourniture de produits ligneux et non ligneux et la conservation de la biodiversité. La région méditerranéenne est l'un des points chauds de la biodiversité mondiale. Elle recèle plus de 25 000 espèces de plantes qu'il convient de comparer avec les quelque 6 000 espèces présentes dans le centre et le nord de l'Europe » relève le premier rapport de la FAO sur L'état des forêts méditerranéennes paru hier alors que la terre fêtait sa première journée internationale en faveur de la forêt.

Les forêts méditerranéennes disparaissent pour faire place aux villes

Or, selon le rapport, les forêts méditerranéennes seront durement frappées par le changement climatique et subissent une très forte pression démographique. D'où une concurrence toujours plus exacerbée dans la région pour des ressources alimentaires et en eau déjà insuffisantes.

D’un côté, en Méditerranée, les températures ont augmenté d'un degré au cours du siècle dernier alors que les précipitations ont reculé de 20% dans certaines zones du bassin. D'ici la fin du XXIe siècle, les températures auront augmenté de deux degrés. A la clef, l'extinction probable de certaines espèces forestières et causant une perte de biodiversité.

D’un autre côté, la croissance démographique devrait porter le nombre d'habitants de la région méditerranéenne d'environ 500 à 625 millions d'ici 2050. En conséquence, la pression exercée sur les forêts, sources de nourriture et d'eau, s'accentuera encore.

Stocker le charbon, un rôle primordiale dévolu aux forêts

« Dans les pays au nord du bassin, l'inexploitation des terres boisées a provoqué une hausse spectaculaire de l'incidence des feux de forêts. Au sud de la Méditerranée, la croissance démographique a entraîné un surpâturage des forêts ou une réduction du couvert forestier au profit soit de l'agriculture soit de l'expansion urbaine. » souligne la Fao. Conséquence dans ces deux cas : la déforestation et la dégradation des forêts, qu'aggravent les effets du changement climatique et des crises économiques. Selon le rapport, « il devient urgent d'élaborer de nouvelles stratégies collaboratives pour une gestion viable de ces écosystèmes, aussi fragiles que vitaux ».

« Le rapport souligne que la valeur des forêts méditerranéennes et leur rôle vital dans l'adaptation au changement climatique et pour l'atténuation de ses effets devraient être reconnus aux échelles locale, régionale et nationale. Il exhorte les pouvoirs publics et les forestiers à encourager l'utilisation de produits ligneux et non ligneux comme le liège, afin de stocker le carbone à long terme, mais aussi à renforcer le potentiel d'investissement des petits exploitants travaillant dans le secteur des produits ligneux et non ligneux (pignons, nappes alfatières, champignons, miel, etc.). »

Les forestiers devraient exploiter la variété des ressources génétiques forestières dans leurs pratiques sylvicoles et privilégier les espèces les mieux à même de s'adapter à l'évolution des conditions climatiques, insiste le rapport de la FAO. A l'échelle locale, ces hommes de la forêt devraient aussi améliorer l'aménagement des forêts afin de gérer les écosystèmes en optimisant la densité des arbres et de faire face aux pénuries d'eau, tandis qu'à large échelle ils devraient prévenir systématiquement les feux de forêts. Des feux qui ont brûlé quelque deux millions d'hectares entre 2006 et 2010 dans la région !

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement