xoriburu.info
Eko-société

Les couleurs du Crac Europe au départ du 4L Trophy


Vendredi 20 Février 2015


Ce jeudi 19 février, plus de 1200 4L se sont retrouvées sur le parking de la halle d'Iraty à Biarritz. Leurs équipages s'apprêtaient à franchir la ligne de départ du 4L Trophy. Parmi eux, Margot et Pauline qui arboraient les couleurs du Crac Europe.




Margot et Pauline porteront, entre autres sponsors, les couleurs du Crac Europe lors du 4L Trophy ©Crac Europe
Margot et Pauline porteront, entre autres sponsors, les couleurs du Crac Europe lors du 4L Trophy ©Crac Europe
Plus de mille 4L hier sur le parking de la halle d'Iraty à Biarritz. Mille équipages qui allaient partir pour la grande aventure du 4L Trophy. Direction le Maroc pour 6000 kilomètres dans les roues. Et parmi eux, Margot et Pauline, deux étudiants en BTS à Rodilhan qui pavoisaient aux couleurs d'une association, le Crac Europe.


Margot et Pauline ont été touchées par la lutte anti corrida et son combat pour l'interdiction des enfants mineurs dans les arènes

Crac 4L Trophy devant les arènes de Bayonne la veille
  • Crac 4L Trophy devant les arènes de Bayonne la veille
  • Plus de mille équipage au 4L Trophy au départ de Biarritz
  • Margot et Pauline franchissent la ligne de départ au  4L Trophy
  • Margot et Pauline équipage de la 4L aux couleurs du CRAC Europe et Caroline, délégué du 64
« Toutes les 4 L ont avec beaucoup d'émotion et de joie démarré leurs moteurs, sirènes au point, en rugissant toutes vers la ligne de départ. Margot et Pauline ont franchi la ligne vers 14 heures, on pouvait lire dans leurs yeux beaucoup d'émotion et de motivation pour ce grand départ humanitaire, brandissant le drapeau du Crac Europe » raconte Carole Saldain, déléguée de l'association dans les Pyrénées-Atlantiques.

La veille, les trois femmes s'étaient retrouvées devant les arènes de Bayonne où les journalistes étaient attendus. Des lieux qui chaque été accueillent des corridas. Des corridas contre lesquelles milite le Crac Europe. « Le but de leur aventure, est avant tout humanitaire. Très touchées par la lutte anti corrida, et notre combat pour l'interdiction des enfants mineurs dans les arènes, Margot et Pauline sillonneront l'Espagne, puis direction le Maroc, pour transmettre un message très fort, poursuit Carole Saldain. De plus en plus de jeunes comme elles demandent l'abolition de la corrida. »

Et d'ajouter : « Nous sommes heureux d'avoir pu rencontrer deux belles personnes qui n'oublient pas de parler d’humanité envers tous les êtres vivants, sans oublier nos sans voix.  »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement