xoriburu.info
Zooms

Les baleines sur l'île de Jersey


Lundi 11 Juillet 2011





La Commission baleinière internationale (CBI) tient sa 63e réunion sur l'île de Jersey depuis lundi. La Commission a été créée en 1946: sa mission était de gérer les espèces de baleines en vue d'assurer le développement de l'industrie baleinière. Au fil des années, les ressources se sont amenuisées, certaines espèces menacées de disparition. Au fil des années, les opposants à cette pratique sont devenus plus nombreux. Aussi en 1986, ses membres, à la majorité des trois-quarts, ont voté l'instauration d'un moratoire sur la chasse commerciale.

Seuls deux pays ont immédiatement posé une objection à ce moratoire : l'Islande et la Norvège. Leurs baleiniers peuvent continuer à lancer leurs harpons sur ces mammifères marins, sans coup férir. Le Japon qui n'avait pas émis d'objection à l'époque, utilise un autre subterfuge pour poursuivre cette activité : il évoque l'article VII de la convention qui autorise la capture des baleines à des fins scientifiques. La CBI autorise la chasse dite aborigène, soumise à des quotas.

Depuis quelques années, la CBI semble dans l'impasse. Pro et anti chasse ne parviennent pas depuis quelques années à trouver un compromis sur l'avenir du moratoire et des espèces qu'il protège.La Grande-Bretagne a émis quelques propositions pour restaurer la confiance et la transparence. Et accorder plus de place aux ong... Des ong qui appellent la Commission à prendre d'urgence des meures pour mettre fin aux menaces sévères que connaissent les baleines, dauphins et les marsouins. Et WWF de les citer : intensification des transports maritimes, exploitation off-shore, capture accidentelle dans les filets de pêche, pollution sonore des eaux... La réunion de la CBI s'achèvera le 14 juillet.


Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement