xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Les animaux entrent dans les maisons de retraite


Lundi 26 Janvier 2015


De plus en plus les maisons de retraite ouvrent leurs portes aux animaux de compagnie, désormais convaincues des bienfaits qu'ils apportent à leurs résidents. Le refuge de la Côte basque répond à leur appel de pied.




C'est au cours d'une visite avec le refuge de la Côte basque à la maison de retraite Herri Burua que Spiny y a trouvé un abri ©V.B.
C'est au cours d'une visite avec le refuge de la Côte basque à la maison de retraite Herri Burua que Spiny y a trouvé un abri ©V.B.
« Nous devrions bientôt nous rendre à la maison de retraite de Sare, se réjouit Alice Aussant, responsable du refuge de la côte Basque. Avec un ou deux de nos pensionnaires. Comme nous l'avons déjà fait à Arbonne l'année dernière. Nous y avions emmené entre autres Spiny. Cette petite chienne de huit ans les a d'ailleurs conquis ! »

La zoothérapie entre dans les maisons de retraite

Spiny dont les yeux bruns, ronds comme des billes, brillent de gentillesse. Blanche, noire et feu, cette petite chienne vit aujourd'hui à la maison de retraite Herri Burua. Dans l'unité qui accueille les résidents atteints d'Alzeimer ou maladies apparentées. Un lieu plus calme pour Spiny qui y a fait son trou. Désormais lovée sur sur son sofa rouge, elle y reçoit toutes les caresses. « Avant de l'adopter, le directeur de l'établissement a voulu connaître l'avis de l'équipe » souligne Alice Aussant. Un avis primordial puisque c'est elle qui s'occupe au quotidien du bien-être de la chienne.

Chiens, chats, oiseaux ou rongeurs, les animaux de compagnie parviennent désormais à entrer dans les maisons de retraite, même médicalisées. Très longtemps rejetés pour des raisons sanitaires, ils apportent enfin dans ces lieux de vie toute leur tendresse, leur joie de vivre... « Je le dis depuis de longues années et je continuerai à le répéter : on ne doit pas séparer les personnes âgées de leur compagnon, insiste Alice Aussant qui constate les déchirements que provoque le départ des seniors en maison de retaite sans leur chien ou leur chat. Il est tout à fait possible d'installer un lieu, type mini pensionnat dans le jardin de ces maisons. On éviterait les antidépresseurs... » Et les abandons de chiens ou de chats souvent trop vieux pour être replacés !

Reste que dans certains établissements, les directions remarquent que leurs résidents ne seraient plus aptes à s'occuper eux-mêmes de leurs animaux de compagnie, trop atteints par leur maladie. Elles font alors parfois appel à une aide extérieure pour introduire l'animal dans leur enceinte à des fins thérapeutiques. On parle alors de zoothérapie et d'animaux médiateurs... Des animaux qui entrent dans ces résidences pour une ou plusieurs séances de médiation animale. Des animaux et des maîtres qui reçoivent des formations spécifiques pour mener à bien ces ateliers.

Canaris de résidents, poissons rouges ou chats de maisons de retraite, chiens visiteurs comme le propose le refuge ou animaux médiateurs... Les maisons de retraite, médicalisées ou non, n'ont plus guère de raisons d'écarter les animaux de leur chemin. Et s'il fallait encore convaincre les plus réticents des centres, de nombreuses études ont été publiées sur les bienfaits que les animaux portent en eux : bienfaits physiques, sociaux... « Une autre maison de retraite nous a appelés pour l'adoption d'un chat » espère Alice Aussant. Les refuges connaissent sur le bout de leurs pattes leurs pensionnaires pour proposer à ces établissements des animaux aptes à bien vivre parmi leurs aînés. Des animaux qui trouveront aussi une nouvelle maison.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement