xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Les Animaliades en ligne de mire


Mardi 24 Novembre 2015


Une nouvelle fois, c'est la fondation Brigitte Bardot qui monte au créneau contre le salon les Animalières qui doit se tenir à Biarritz ce samedi 28 novembre à Biarritz.




Déjà en 2012, Daniel Raposo, délégué départemental de la fondation Brigitte Bardot, avait organisé un appel à l'adoption ©V.B.
Déjà en 2012, Daniel Raposo, délégué départemental de la fondation Brigitte Bardot, avait organisé un appel à l'adoption ©V.B.
Ce samedi 28 novembre, la Halle d'Iraty à Biarritz accueillera le salon Les Animaliades. Un salon qui avant Noël, propose aux éleveurs de chiens, surtout et de chats de vendre leurs portées. Mais la fondation Brigitte Bardot a l'œil. Dès que le salon pointe son nez, ses bénévoles organisent un petit évènement à leur manière. Ils seront présents devant la Halle « pour sensibiliser les visiteurs de ce salon mercantile. »

N'achetez plus, adoptez dans les refuges

La fondation profite de ce contre-évènement pour lancer un appel à l'adoption et fustiger les ventes dans les animaleries ou par petites annonces par les particuliers.

« C’est un véritable S.O.S à l’adoption que je lance au travers de ma Fondation, explique Brigitte Bardot dans un communiqué. Nous sommes submergés par les abandons, les refuges sont saturés, les fourrières dépassées sont trop souvent dans l’obligation d’euthanasier à la chaine pour laisser les places libres aux nouveaux arrivants. Les animaleries regorgent de chiots et chatons provenant souvent des pays de l’est. Vendus des fortunes, victimes de la consanguinité, leurs taux de mortalité sont effrayants et prévisibles. Combien de clients nous rapportent ces pauvres bêtes malades qu’ils ont payé très cher, souvent à crédit, et qu’ils ne veulent pas soigner ni garder. C’est scandaleux ! Les chiots issus de la reproduction chez les particuliers, vendus par petites annonces, viennent encore grossir les meutes d’abandons. La stérilisation des chiennes et des chattes est une obligation indispensable qui ne représente aucun danger pour leur santé bien au contraire. »

La présidente de la fondation lance un appel avant Noël : « Alors n’achetez plus, adoptez dans les refuges ! Offrez-leur le plus beau cadeau : une famille ! »

AU Pays Basque, il existe deux refuges, l'un à St Jean de Luz le second à Bayonne.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement