xoriburu.info
Sports

Lea, l’image moderne du rugby


Lundi 24 Novembre 2014


Au sud de la Bidassoa, les jeunes femmes n'hésitent plus à se lancer dans le rugby. Portrait de Léa, animatrice à Txingudi Rugby Eskola, la première école de rugby internationale du monde.




Lea et Alexandre, l’image du rugby sans frontières ©DdL
Lea et Alexandre, l’image du rugby sans frontières ©DdL
Dans les tribunes du stade Ondarraitz, une jeune femme brune apprécie la rencontre engagée qui se déroule entre Hendaye et Nafarroa ce dimanche 23 novembre. Elle est à l’aise, et « admise » par ses voisins de travée, car de toute évidence, elle connaît bien ce sport la plupart du temps pratiqué par des hommes. « Oui mais au sud de la Bidassoa les femmes sont sportives, et moi je joue au rugby à Irun » explique Lea Etxebarrieta. Comme tous les frontaliers, elle est chez elle à Hendaye, où elle se trouve depuis le matin afin de participer à la signature de la première école de rugby internationale du monde : Txingudi Rugby Eskola, qui permet aux enfants des trois villes du Consorcio, Hondarribia, Irun et Hendaye, de bénéficier de la compétence des mêmes éducateurs.

Lea Etxebarrieta est l’exemple type de la rugbywoman de demain

Sociétaire du club d’Irun fondé en 1969 et qui commença à gambader sur la plage d'Hondarribia et les pelouses d’Hernani, Lea, qui joue avant, estime que le rugby ne nuit nullement à la féminité : « Dans ce domaine, le sud de la Bidassoa est en avance sur le nord, les femmes sont très sportives. Pour ma part, il y a un an encore, je trouvais que le rugby était un sport horrible. Et puis une collègue de surf m’a dit qu’il fallait que j’essaye. J’ai tout de suite compris que mes préjugés étaient infondés, et aujourd’hui je m’amuse bien. L’esprit est excellent dans cette discipline, on y a des amis des deux sexes. Et surtout il y a des valeurs, comme le respect mutuel, c’est capital pour se sentir bien. A Irun, on s’entraîne avec Hernani qui a une belle équipe. On progresse. Et cette création d’une école de rugby internationale est une innovation de grande portée ».

Lea participera volontiers à l’enseignement, avec Alexandre Yriarte responsable de l’école de rugby d’Hendaye, et les joueurs de l’équipe fanion Jérôme Bainçonau et Battit Chaudière. Comme dit le président hendayais Jean Pierre Beaucoueste : « C’est un plus pour les écoliers et c’est aussi un bon moyen de détecter les talents, qu’ils soient issus d’un côté ou de l’autre de la rivière.» Il va même plus loin en affirmant qu’il demandera à la fédération une dérogation pour les joueurs venus d’Hegoalde ne soient pas considérés comme étrangers dans le rugby français.

Dans la matinée, la démonstration des écoles de rugby de Nafarroa et d’Hendaye lui a donné raison. Comme il y a pas mal d’enfants du sud à Hendaye, les gamins des deux camps n’avaient qu’un moyen de communiquer : l’euskera. Et cette question de nationalité est obsolète à la frontière, où le consorcio a fait tomber les barrières. Quant à Lea Etxebarrieta, elle est l’exemple type de la rugbywoman de demain : père espagnol, mère française, et membre de l’école de rugby transfrontalière.

Daniel de Luz


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Janvier 2015 - 17:43 Coup de pub mal placé

Mardi 2 Décembre 2014 - 18:16 Trafic de chevaux : coupable !


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement