xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Le trafic tombe quai de la Mégisserie


Lundi 16 Juin 2014


Mardi dernier, la police et les douanes débarquaient dans des animaleries du célèbre quai de la Mégisserie à Paris. 219 chiots et chatons y étaient saisis et confiés à la SPA, victimes présumés d'un trafic. La fin d'une longue attente.




Pour vendre des chiots de deux mois en France, les trafiquants qui les importent d'Europe de l'Est falsifient leurs certificats sanitaires ©V.B.
Pour vendre des chiots de deux mois en France, les trafiquants qui les importent d'Europe de l'Est falsifient leurs certificats sanitaires ©V.B.
Le quai de la Mégisserie a toujours attiré le badaud à Paris. Touriste en quête de photos exotiques ou parisien en mal de nature. Sur le trottoir étroit des lapins, des poules ou des canards prenaient à plein poumon les gaz d'échappement des voitures qui rive droite mettaient cap à l'est. Dans de petites cages entassés tandis qu'à l'intérieur, derrière des vitrines, des chiots et quelques chats à vendre.

Avec le temps et la pression des associations de protection animale, les cages à poules ont quitté le trottoir. Les chiots et les chatons dans les vitrines ont perduré.

La SPA a accueilli 219 chiots et chatons saisis dans les animaleries

Voilà des années que ce quai, ou plutôt les animaleries qui s'y trouvent, étaient dans le collimateur de la Société protectrice des animaux et de sa cellule anti-trafic créée par Brigitte Piquet-Pellorce voila vingt et un ans. Souvent, elle recevait des témoignages de passants indignés des conditions dans lesquelles les animaux vivaient. Parfois des plaintes d'acheteurs malheureux : les chiots qu'ils y avaient achetés tombaient vite malades, présentaient des problèmes de comportement...

Mardi dernier, la police et les services des douanes ont fait une descente dans plusieurs de ces magasins. L'aboutissement d'une enquête de plus d'un an. A la clef des soupçons de tromperie, escroquerie, blanchiment d'argent, abus de biens sociaux, maltraitance animale ou encore exercice illégal de la médecine vétérinaire. Les autorités ont procédé à des perquisitions dans les magasins comme dans le château que l'un des propriétaires possède en Seine et Marne. un château où une cinquantaine d'autres animaux vivaient dans des conditions déplorables.

Aux côtés des enquêteurs ce matin 6 juin, la SPA et une vingtaine de salariés et bénévoles à qui 219 chiots et chatons ont été confiés. Des animaux qui pourraient bien venir d'Europe de l'est. Pour pouvoir les vendre à deux mois en France, il aurait fallu falsifier leurs papiers sanitaires. Les jeunes animaux ont été placés sous réquisition judiciaire. Le temps de la procédure, ils seront pris en charge et soignés par l’association. Ce n'est qu'à l'issue d'une décision judiciaire qu'ils pourraient être proposés à l'adoption.

Le propriétaire des animaleries avait déjà été condamné pour mauvais traitements

Suite aux perquisitions, des personnes ont été placées en garde à vue en fin de journée, parmi lesquels le propriétaire d'animaleries, son cogérant et deux vétérinaires. Les deux gérants sont désormais en détention provisoire.

L'un d'eux est bien connu des associations de protection animale. En 2001, la fondation 30 millions d'amis avait porté plainte contre lui, suite de la découverte de cadavres d’animaux dans des congélateurs à son domicile et des chiots détenus dans des conditions intenables. Le 22 septembre 2006, le tribunal correctionnel de Paris l'avait reconnu coupable de mauvais traitements envers animaux et condamné à 5 000 euros d’amende et d’une interdiction d’exercer une profession impliquant la détention ou l’élevage d’animaux domestiques. Une interdiction qui portait sur trois ans. L'homme semblerait avoir vite repris du service.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement