xoriburu.info
Zooms

Le syndrome du nez blanc serait européen


Mardi 10 Avril 2012


Depuis 2006, une nouvelle maladie touche massivement les chauves-souris aux Etats-Unis et au Canada. Appelée le syndrome du nez blanc, elle aurait été ramenée d'Europe.




Le syndrome du nez blanc fait des ravages en Amérique du Nord. Depuis qu’il est apparu sur ce continent en 2006, il a tué plus de 5,5 millions de chauves-souris. C’est un champignon, le Geomyces destructans, qui est responsable de cette maladie atteignant les chiroptères.

Ce champignon est aussi présent en Europe ; mais les chauves-souris européennes qui peuvent en être porteuses ne développent pas souvent la maladie. Une équipe scientifique de l’université de Winnipeg au Canada a cherché à savoir si un lien existait entre les souches pathogènes américaine et européenne.


Les chauves-souris européennes ont acquis une certaine immunité

Menés par le professeur Graig Willis, les chercheurs ont conclu que le champignon américain venait d’Europe. Il a frappé de plein fouet les populations de chauves-souris sans que leur système immunitaire ait eu le temps de s'y préparer.

Selon les chercheurs, il n’aurait pas muté sur le continent américain : sa virulence n'a donc pas été décuplée. S’il revenait par ici, il ne menacerait donc pas les chauves-souris européennes qui ont acquis une certaine immunité contre le syndrome du nez blanc.

Le Geomyces destructans a sans doute été amené par des touristes en goguette outre-Atlantique voilà à peine six ans. C’est dans la grotte de Howe dans l’Etat de New York qu’il a été signalé pour la première fois.

L’équipe doit poursuivre ses recherches pour confirmer ses premières conclusions. L’étude a été publiée dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2015 - 16:36 Pas de tracts contre les Animaliades



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement