xoriburu.info
Eko-société

Le réveil de l'ours basque

Culture basque


Samedi 4 Février 2012


Dans un froid polaire pour la côte basque, les ours de Saint-Jean de Luz sont sortis de leur hibernation. Annonciateurs du printemps que l'on attend. Blancs comme la neige qui a couvert le sommet de la Rhune emmitouflée dans les lourds nuages. Dans les rues de la cité basque, les ursidés et les kaskarot , danseurs de Begilareak, ont défilé et dansé au son du tambour et des xistus.




Le réveil de l'ours annonce donc l'espoir du printemps. Mais aussi les prochains carnavals qui s'égrènent au Pays Basque. Ce sera le procès de San Pantzar qui les clôturera. San Pantzar, le personnage par qui tous les malheurs de l'année écoulée sont arrivés, sera d'abord jugé pour ses méfaits. Puis brûlé pour tout exorciser et démarrer la nouvelle année dans les meilleures conditions possibles.

Sur Ciboure et Saint Jean de Luz, la fête commence dès vendredi prochain, le 10 février donc. En voici le programme :

Vendredi 10 février, la Nuit des sorcières

19h00 : Ateliers de création des chapeaux de sorcières et les cracheurs de feu de la compagnie Armania.
20h00 : Arrivée de San Pantzar, défilé des sorgin, txangara, joaldun et des groupes de danse dans les rues de Ciboure.
21h00 : Mutxiko donné par le groupe Pumpeka et danses du groupe Begiraleak.
22h00 : Nuit animée par la txangara Has bebido à la place de Ciboure.

Samedi 11 février, Ihauteri Nagusi

16h00 : Départ du défilé de la place de Ciboure avec les txangara, joaldun, batukada, danse et autres multiples animations.
18h00 : Procès de San Pantzar sur la place Louis XIV de Saint-Jean de Luz.
19h00 : Apéritif à la Grillerie.
21h00 : Repas à la Grillerie (ticket en vente à partir de 18h30). Le tout animé par le groupe Nat et Watson.

Vous retrouverez sur l'agenda les autres carnavals des cités basques dès lundi.





Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Mars 2012 - 17:38 Le temps des caranavals


Nouveau commentaire :
Twitter


On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images


La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement