xoriburu.info
Zooms

Le renard, animal non grata dans les Pyrénées-Atlantiques


Mardi 21 Août 2012


Un nouvel arrêté a fixé la liste des espèces dites nuisibles, département par département. Le renard dont la tête est mise à prix pourra ne connaître aucun répit.




A l'instar de la fouine, de la martre, de la corneille noire, de la pie bavarde et de l'étourneau sansonnet, le renard est un animal classé nuisible sur l'ensemble du département des Pyrénées-Atlantiques. La martre ne l'est pas sur les cantons de Bayonne-Est, Bayonne-Nord, Bayonne-Ouest, Biarritz-Est, Biarritz-Ouest, Bidache, Garlin, La Bastide-Clairence, Lembeye, Saint-Jean-de-Luz, Saint-Pierred’Irube, Anglet-Nord, Anglet-Sud, Hendaye et Ustaritz.

Animal non grata, le renard et ses compagnons d'infortune le sont pour trois ans. C'est un arrêté du 2 août dernier, et paru au Journal Officiel du 18 août, qui a ainsi fixé la liste de espèces d'animaux classées nuisibles en France, département par département.

Le renard chassé sans répit

Le texte égraine en outre « les périodes et les modalités de destruction » pour chacune d'entre elles (1). Ainsi le renard peut-il être piégé en tout lieu, enfumé à l'aide de produits non toxiques, déterré avec ou sans chien tout au long de l'année. « Il peut être détruit à tir sur autorisation individuelle délivrée par le préfet entre la date de clôture générale et le 31 mars au plus tard et au delà du 31 mars sur des terrains consacrés à l’élevage avicole » explique l'arrêté.

Cet arrêté vient ainsi clore la série des espèces d'animaux à combattre sur le territoire français. De fait, un premier arrêté du 3 avril a classé six espèces dites exotiques envahissantes : le chien viverrin, le vison d'Amérique, la ragondin, le rat musqué, le raton laveur et la bernache du Canada. Un deuxième arrêté du même jour d'avril a établi la liste des espèces que les préfets pouvaient déclarer nuisibles sur leurs départements respectifs : le lapin de garennes, le sanglier et le pigeon ramier. Ces trois arrêtés avaient fait l'objet d'une consultation publique sur le site Internet du ministère de l'Ecologie.

Jusqu'à présent, le classement en nuisibles de ces espèces était fixé par chaque préfet sur son département. Les associations de protection de la faune sauvage qui dénoncent cette notion de « nuisible » très souvent déposaient des recours contre les arrêtés préfectoraux devant la Justice. Et bien souvent, elles obtenaient gain de cause. Il leur sera désormais impossible de le faire pour les trois prochaines années.

(1) : la belette, la fouine, la martre, le putois, le renard, le corbeaux freux, la corneille noire, la pie bavarde et le geai des chênes.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement