xoriburu.info
Ecosystèmes

Le plastique, réel fléau de notre société moderne


Jeudi 4 Juillet 2019


Aujourd'hui il paraît presque inconcevable de ne pas être au courant des dangers que représente l'utilisation constante du plastique dans notre vie de tous les jours. Quelle que soit sa forme et son utilisation finale il est possible de trouver des alternatives compatibles à nos modes de consommation et de vie, comme le vrac, afin de protéger au mieux notre environnement.




Le plastique, c'est quoi ?

Ibai à la plage face au plastique qui envahit son terrain de jeux préféré. ©XORIBURU
Ibai à la plage face au plastique qui envahit son terrain de jeux préféré. ©XORIBURU

Le plastique est un matériau synthétique fabriqué par l'homme. Il est créé généralement à base de pétrole, qui est une ressource non renouvelable, et peut avoir différentes caractéristiques par sa composition chimique. 
 

De nos jours on retrouve le plastique partout : dans les emballages, les voitures, les téléphones, les vêtements etc... 
 

D'après le rapport de WWF sur la pollution plastique en Méditerranée, les français consomment en moyenne entre 2 à 4 millions de tonnes de plastique chaque année. 
 

Le gros problème avec cette matière c'est son recyclage. La plupart du plastique, n'étant pas biodégradable, ne peut être recyclé qu'un nombre limité de fois et finit donc son cycle de vie incinéré ou dans le pire des cas dans nos océans.
 

En France, seulement 22%* des ces matières plastiques sont recyclées. Ce pourcentage de recyclage est l'un des moins bons en Europe, qui produit dans son ensemble 27 millions de tonnes de déchets plastiques. Un tiers seulement est recyclé*. 
 

C'est un matériau qui, une fois transformé en déchet dans la nature, met plusieurs milliers d'années avant de se dégrader totalement (gobelet en plastique = 50 ans, ligne de pêche = 600 ans, mégot = 5 ans). 


Aujourd'hui on estime que 150 millions de tonnes de plastique* polluent les océans de notre planète. Le rapport de WWF pointe du doigt une tragique réalité, d'ici 2050 il pourrait y avoir plus de plastique dans nos mers que de poissons (équivalence en poids). 
 

60 à 95 % des déchets trouvés dans les océans de notre planète sont composés de plastique. 

 


Les eaux embouteillées

Après un pique-nique. ©XORIBURU
Après un pique-nique. ©XORIBURU

Malgré le recyclage limité des bouteilles d'eau composées entièrement de plastique, la France est le troisième* plus gros consommateur d'eau minérale embouteillée en Europe. Elle obtient la dixième place mondiale derrière des pays qui, pour la plupart, n'ont pas accès à l'eau potable. Chaque année, 9,3 milliards de litres d'eau en bouteille* sont consommés en France. Chaque jour, 25 millions de bouteilles en plastiques* sont jetées, et seulement 49%* de celles-ci sont recyclées. 
 

Des chiffres alarmants quand on connait les conséquences pour la planète. Pourtant il suffirait que les consommateurs n’achètent plus de bouteilles plastiques pour en limiter la production sur le long terme. Un certain Monsieur, Coluche, disait « quand on pense qu'il suffirait que les gens ne les achètent plus pour que ça ne se vende pas ! » … 
 

Il existe de plus en plus de [solutions alternatives ]url:https://www.xoriburu.info/Un-nouveau-mode-de-consommation-le-vrac_a1303.html aux bouteilles en plastique. Vous pouvez ,par exemple, acheter une gourde en faisant attention qu'elle ne contienne pas de BPA (plastique) afin de satisfaire votre soif tout au long de la journée. Pour la maison et ceux qui trouvent des défauts à l'eau du robinet, il existe maintenant des perles en céramique qui, une fois plongées dans votre carafe, assainissent l'eau naturellement. Ces perles, qui ne nécessitent aucun entretien, ont une durée de vie illimitée. Il est aussi possible de trouver dans le commerce des bâtons de charbon qui filtrent tout aussi bien l'eau du robinet. 
 

C'est petites astuces facilement applicables sont de bonnes alternatives zéro déchet aux bouteilles en plastique.

 


Le plastique, quelles conséquences pour notre planète ?

Une plage à Biarritz en hiver. ©XORIBURU
Une plage à Biarritz en hiver. ©XORIBURU

En plus de détruire notre planète et ses ressources principales, le plastique a des conséquences dramatique sur les espèces qui la peuplent. 
 

L'ensemble de la chaîne alimentaire est touchée par ce phénomène. Souvent, les animaux confondent déchets et nourriture. C'est de cette manière que nous retrouvons des animaux l'estomac rempli de plastique. Certains animaux construisent même leur nid avec le plastique qu'ils trouvent en abondance dans leur milieu naturel. D'autres nourrissent leurs petits avec les déchets qu'ils y trouvent... 
 

Dans les océans le plastique est un réel piège pour les mammifères qui se retrouvent coincés dans des filets abandonnés par exemple mais aussi dans des emballages. 
 

Mondialement, WWF parle de plus de 700 espèces menacées directement par le plastique. Dans son dernier rapport, on apprend que 344 espèces ont été retrouvées piégées dans des objets de cette matière. La Méditerranée est la mer la plus touchée par cette pollution. Elle est considérée comme la sixième plus grande zone d'accumulation de déchets marins * alors qu'elle ne représente seulement 1% des eaux mondiales. Cette zone comptabilise 7% de tous les micros-plastiques de la planète*. Les principales victimes de cette pollution sont les oiseaux, les poissons, les invertébrés, les mammifères marins ainsi que les tortues marines*. 


 


Et nous dans tout ça ?

Pour l'humain aussi cette pollution devient une vraie source de problème. Le micro-plastique va jusqu'à contaminer l'air, l'eau du robinet et des bouteilles, la nourriture et les boissons*. 
Aujourd'hui nous savons par exemple que les animaux que nous mangeons contiennent des particules de micro-plastique. Chose que nous ingérons à notre tour et qui est néfaste pour notre santé. 

 

 

Et vous, le plastique vous arrêtez quand ? 

 

 

 

 

Sources :

https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc201806/180608_rapport_plastiques_mediterranee.pdf

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/environnement-la-france-championne-de-la-consommation-de-bouteilles-en-plastique_2790815.html

 

 

Pourtant pas si difficile de viser.... ©XORIBURU
Pourtant pas si difficile de viser.... ©XORIBURU

India Hees


Dans la même rubrique :
< >
 

Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement