xoriburu.info
Ecosystèmes

Le patrimoine géologique du Gipuzkoa entre dans la cour des Grands


Mercredi 6 Octobre 2010


Onze nouveaux sites ont intégré le réseau mondial des géoparcs créé en 2004 sous l'égide de l'Unesco. Parmi lesquels au Pays-Basque sud, la côte du Gipuzkoa. C'est le patrimoine géologique qui est le sésame pour entrer dans la cour des Grands.




Le patrimoine géologique du Gipuzkoa entre dans la cour des Grands
La côte du Gipuzkoa fait désormais partie du Réseau mondial des géoparcs nationaux créé en 2004 sous l'égide de l'Unesco. Aux prémices de ce réseau mondial, un réseau européen né quelques années auparavant.

C'est à l'occasion de la conférence européenne des géoparcs sur l'ile de Lesvos en Grèce ces cinq derniers jours que l'annonce a été faite. Dans un communiqué, l'Unesco déclare que le géoparc du Gipuzkoa "témoigne d'une relation unique entre le patrimoine géologique, naturel et culturel. Les spectaculaires falaises côtières et plates-formes d'abrasion de la Côte cantabrique sont bordées d'un paysage de montagnes s'élevant à des hauteurs de 1 000 mètres. Ce géoparc est chargé d'une longue histoire culturelle dont témoignent notamment les peintures rupestres, les artefacts chamanistes et la magnifique é́glise gothique Santa Maria la Real située à Deba."

Pour proposer sa candidature au statut de géoparc, le site doit posséder un patrimoine géologique "d'une importance exceptionnelle quant à ses qualité́s scientifiques, sa rareté, sa valeur esthétique ou éducative. Il doit aussi disposer d'une solide structure de gestion et avoir des limites bien définies et une superficie suffisante pour permettre au site un développement économique durable, notamment grâce à l'essor du géotourisme.

Aux cotés de la côte du Gipuzkoa, dix autres sites ont été intégrés dans le réseau mondial des géoparcs. Réseau dont le but est le développement des collaborations entre les différents acteurs. En France, deux sites ont déjà obtenu ce label : le Parc naturel régional du Lubéron et la Réserve géologique de Haute-Provence.

Ester Gran


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement