xoriburu.info
Ecosystèmes

Le parc naturel marin du golfe du Lion est créé


Jeudi 13 Octobre 2011


Aujourd’hui, le troisième parc marin français voit officiellement le jour. En Méditerranée cette fois-ci. Installé dans le golfe du Lion, il couvrira 4019 km2 et longera près de cent kilomètres de côtes. Il abrite plus de 1200 espèces animales et 500 espèces végétales. A quelques miles de la réserve naturelle du Cap Creus en Catalogne. Verra-t-on un jour un corridor marin protégé transfrontalier de ce côté-là des Pyrénées ? Le conseil de gestion du parc devra en tout cas étudier l'éventualité d'une coopération transfrontalière.




Sars, daurades, mérous, corbs, poissons lune, hippocampes, congres, murènes, requins pèlerin, tortues caouanne et luth, rorquals, dauphins, globicéphales, cachalots, homards, langoustes, crabes, copépodes, puffins, cormorans, fous de Bassan, pingouins torda, sternes… Le parc naturel marin du golfe du Lion abrite une riche biodiversité. Plus de 1200 espèces animales en fait et quelque 500 espèces végétales.

La ministre de l’Ecologie, du développement durable, Nathalie Kosciusko-Morizet l’a inauguré officiellement en début d’après-midi. Et le décret de classement du parc a été publié au Journal Officiel aujourd’hui, 13 octobre. Ce nouveau parc s’étend sur 4019 km2 et borde près de cent kilomètres de côtes des Pyrénées-Orientales et de l’Aude. De Leucate au Cap Cerbère. Il rassemblera en son sein des zones marines déjà protégées : la réserve naturelle marine de Cerbère-Banyuls, six sites Natura 2000 et des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (Znieff) destinées à protéger espèces et habitats.

La création du parc ne s’est pas faite en clin d’œil. Il aura fallu quatre ans de concertation et une enquête publique en 2010 pour ce faire rappelle le ministère de l’Ecologie. Le parc longe douze villes littorales et concerne 67 000 habitants.

Sa création repose sur trois objectifs : connaître le milieu marin, le protéger et aider les activités maritimes professionnelles et de loisirs à se développer durablement. Des enjeux importants puisque le tourisme attire 2,5 millions de personnes sur le littoral dont la moitié en été. Il existe dix ports de plaisance et un port de commerce, le deuxième port fruitier français en Méditerranée. Sept ports accueillent les pêcheurs professionnels dont la flotte locale compte 118 navires (98 petits-métiers, 8 lamparos, 6 thoniers et 6 chalutiers, chiffres 2010, hors pêcheurs non rattachés à la zone mais qui viennent pêcher dans le parc)

Le parc naturel marin du Golfe du Lion est le troisième à voir le jour en France. Le premier, celui de l’Iroise en Bretagne fut créé en 2007, le deuxième, de Mayotte en 2010. Désormais plus de 10 % des espaces maritimes métropolitains sont protégés. Une protection qui devrait faire « tâche d’huile » dans les prochaines années. La France étudie la création de cinq autres parcs naturels marins : le golfe normand-breton autour de la baie Saint-Michel, le bassin d’Arcachon et son ouvert, les Glorieuses dans l’océan Indien, les 3 estuaires picards et l’estuaire de la Gironde et les Pertuis charentais.

Mais plus proche du Golfe du Lion, une autre aire marine existe déjà : la réserve naturelle du Cap Creus, le long de la Catalogne. Il semblerait que déjà certains évoquent un pont entre les deux sites marins. Un corridor marin protégé transfrontalier ? « Envisager une coopération avec l'Espagne » est l'une des huit orientations de de la feuille de route à laquelle devra s'atteler le conseil de gestion du parc français.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 6 Octobre 2018 - 23:37 Alternatiba rallie Surfrider à Biarritz

Mercredi 28 Février 2018 - 14:59 Biarritz aime la glisse, même sous la neige


Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement