xoriburu.info
Eko-société

Le muguet du 1er mai ne chôme pas


Jeudi 1 Mai 2014


C'est aujourd'hui le 1er mai. Jour du muguet et des défilés. Un marché économique florissant pour une jolie petite plante aux clochettes blanches qui cache bien son jeu : toxique quand on l'ingère...




« Il a déjà poussé dans le jardin et aujourd'hui il n'y en a plus » déplore cet homme alors que le vide-greniers bât son plein en ce premier mai. Reste une solution s'il ne veut pas faire l'impasse sur la tradition du jour : acheter son brin de muguet !

En leurs temps, les Celtes qui célébraient le premier jour de l'année début mai rendaient hommage à cette petite plante aux jolies clochettes blanches. Si au Moyen-Âge, la tradition voulait qu'on l'accrochât au seuil de la porte des fiancés, au début du siècle dernier les grands couturiers parisiens l'offraient à leurs clientes et petites mains le 1er mai. A cette époque-là, les petites mains pouvaient tenir l'aiguille ce jour-là car il n'était pas férié. Si le 1er mai fut adopté jour de revendication des travailleurs Il fallut attendre 1947 pour qu'il soit chômé et payé aux salariés.

Le muguet, une industrie florissante

Le muguet est une plante mi-figue mi-raisin. Il s'épanouit entre ombre et lumière dans les frais sous-bois des chênaies et des hêtraies. La nature n'est pas toujours bonne fille et l'épanouissement du muguet sauvage ne tombe toujours pas le 1er mai. Mais l'horticulture pallie à la défaillance qui livre les brins en temps et en heure. L'industrie se fait peur parfois : en 2012, la météo maussade avait retardé la pousse des fleurs. Cette année, c'est le contraire : la cueillette du muguet a été précoce, grâce aux températures douces des dernières semaines.

Si l'horticulture du muguet est florissante, elle connaît les affres économiques. Hier, à la veille du top départ des achats, France-AgriMer a sorti une note de conjoncture sur les achats de l'année précédentes. Achats en baisse de 7% par rapport à 2012 : les achats de muguet pour le jour J du 1er mai se sont élevés à 23,7 millions d’euros en 2013, contre 25,5 millions d’euros en 2012. Dépenses en berne des ménages ou la tradition se perdrait-elle ?

Manger du muguet, une bien mauvaise idée !

Il est revenu le temps du muguet, comme un vieil ami retrouvé dit la chanson. Ami symbolique d'un joli mois de mai. Pour autant, il ne fait pas bon ménage dès lors que les organismes l'ingèrent par mégarde. Toxiques pour les humains et leurs compagnons familiers.

En cause, des hétérosides cardiotonique, des substances contenues dans toutes les parties de la plante. Leur ingestion peut provoquer des nausées, vomissements, ralentissement cardiaque... Kasu donc à tous : autant laisser trôner le muguet hors de portée des bouches et gueules !

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement