xoriburu.info
Zooms

Le littoral basque voit rouge


Vendredi 26 Juillet 2019


Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.




Après les orages, les plages de la côte basque ferment leurs eaux de baignade polluées ©V.B.
Après les orages, les plages de la côte basque ferment leurs eaux de baignade polluées ©V.B.
C'est une ritournelle de l'été. Bien ancrée sur le littoral basque depuis des années. Les trombes d'eau s'abattent sur le Pays Basque et c'est l'océan qui trinque. Cet après-midi, presque toutes les plages de la côte affichaient des drapeaux rouges couplé à des violets. Stigmates de pollution que l'application sur la qualité des eaux de baignade proposée par l'agglo Pays Basque affiche en toute transparence.

Les stations d'épuration débordent

De pollution, il en existe de toutes sortes. Mais la réglementation européenne et française donc ne s'intéresse qu'à deux d'entre elles : les Escherichia coli
et les entérocoques intestinaux. Ces deux bactéries sont présentes dans les intestins des mammifères et des êtres humains. Leur présence détectée par les analyses quotidiennes, prélèvement in situ à la clef dès potron-minet, est le signe d'une contamination fécale des eaux.

A priori aujourd'hui, toutes les toilettes des habitations du Pays Basque sont branchées aux stations d'épuration collectives, voire si tel n'est pas le cas, à leurs propres fosses septiques ou stations d'épuration individuelles.

Mais ces stations collectives recueillent aussi les eaux pluviales. Et quand ces dernières tombent dru sur la côte, elles peinent à traiter toutes les eaux, usées et pluviales, qu'elles prennent dans le buffet... Alors elles débordent et rejettent leur trop plein au large de la côte. Et les plages d'Anglet, de Biarritz, Bidart, Saint-Jean de Luz ferment leurs eaux à la baignade. Un moindre mal. Mais après tout le temps chargé n'invite pas à la baignade...

Quant aux particules polluantes qui encombraient l'air ces derniers jours, la pluie les a plaquées au sol et les vents chassées sous d'autres cieux... Mais aucune réglementation n'oblige à les détecter dans les eaux de baignade si elles y trouvaient refuge..


Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images


La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement