xoriburu.info
Ecosystèmes

Le développement durable, oui mais....


Samedi 31 Juillet 2010


Penser au développement durable est une chose. S'y investir est un second pas que les entreprises ne sont pas toujours prêtes à franchir selon un sondage BVA publié le 29 juillet dernier par Bercy sur son site.




Les projets d'investissements dans le développement durable restent souvent dans les cartons des entreprises. Interrogées sur le sujet en juin dernier par BVA pour le ministère de l'Economie, plus de la moitié d'entre elles ont déclaré qu'elles ne comptaient pas s'y investir. A contrario, 32% avaient déjà franchi le pas et 15% projetaient de la faire.


Ces chiffres globaux cachent de fortes disparités selon la taille des entreprises. Les sociétés de 50 à 250 salariés sont les plus dynamiques en matière de développement durable. Près de la majorité d'entre elles (49%) se s'y sont déjà impliquées financièrement alors que les TPE (moins de 10 salariés) sont 56% à ne pas en avoir l'intention.

Trois secteurs économiques sont les plus en avance: les agriculteurs, le BTP et les services. "Cela montre que le développement durable est sans doute pris avant tout dans son acceptation environnementale, analyse BVA, ces secteurs étant plus que les autres soumis à des obligations ou à de fortes incitations en la matière (utilisation d'engrais, émission de gaz à effet de serre notamment)."

En mars dernier, le même institut opérait un sondage pour le compte de la Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises. Et selon les résultats, 81% des pme sondées avaient précisé qu'elles avaient intégré la question dans leur réflexion. "Il y a donc encore un fossé entre la réflexion et l'investissement' note l'organisme. La crise économique n'y est sans doute pas étrangère.

Virginie Bhat


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement