xoriburu.info
Les animaux de nos mers et rivières

Le desman des Pyrénées cherche des bénévoles


Mercredi 17 Septembre 2014


Qui est donc le desman des Pyrénées ? Une trompe d'éléphant, une queue de rat, ce minuscule mammifère chasse dans l'eau et se nourrit sur terre. Pour le suivre sur le gave de Saint-Engrâce en Haute Soule, le CEN Aquitaine lance un appel à bénévoles. Explications.




Le desman des Pyrénées, une trompette d'éléphant, une petite queue de rat ©Pierre Cardiran/ CEN Midi-Pyrénées
Le desman des Pyrénées, une trompette d'éléphant, une petite queue de rat ©Pierre Cardiran/ CEN Midi-Pyrénées
Drôle d’animal que le desman des Pyrénées. Ce petit talpidé semble tout droit sorti d’une bande dessinée. Bastien et Xavier Saüt l’ont d’ailleurs croqué dans Pschiiit le desman ! Une trompe d’éléphant. Une queue de rat.

Le desman des Pyrénées ne pèse que 50 grammes !

Le desman des Pyrénées aime l’eau froide des montagnes, surtout des rivières et torrents pyrénéens, peu minéralisés et bien oxygénés. Il fréquente aussi bien le Pays Basque à 15 mètres au-dessus du niveau de la mer, que les Pyrénées-Orientales à partir de 400 mètres. Il peut monter jusqu’à 2 700 mètres en haute montagne. Et contrairement à ce que laisse supposer son nom, le desman des Pyrénées vit dans d’autres lieux que le massif pyrénéen. On le retrouve dans les cours d’eau des montagnes du nord ouest de la péninsule ibérique.

C’est un poids plume : il pèse à peine 50 grammes ! Pas étonnant qu’il passe inaperçu dans les cours d’eau : la science l’a même découvert tardivement, en 1811 lorsque le naturaliste Geoffroy Saint-Hilaire décrit pour la première fois son espèce.

Même s’il y ressemble, le desman des Pyrénées n’est ni une taupe, ni une musaraigne. Semi-aquatique, il vit et chasse dans l’eau mais se nourrit de ses proies, des larves d’invertébrés aquatiques surtout, les pieds sur terre. Des pieds palmés qui le propulsent dans les contre-courants les plus véloces et sa queue, plus longue que son corps, assure l’équilibre de sa nage. L’animal a une manie : il trempe dans l’eau les proies qu’il attrape sur terre !

Le desman des Pyrénées a donc une trompe. Oh pas aussi grande que le plus grand des pachydermes. Mais une trompe petite et mignonne, une trompette qui lui donne le gentil surnom de rat-trompette. Cette trompe est un organe fabuleux. Mobile, elle est son nez pour respirer. Les organes tactiles dont elle est dotée lui permettent de voir et de sentir les proies sous la surface des eaux.

Le CEN Aquitaine cherche bénévoles pour Saint-Engrâce

Si lUicn a classé son espèce vulnérable, en France le desman des Pyrénées est une espèce quasi menacée d’extinction. En cause : la dégradation de son habitat et la modification de ses rivières et torrents par les activités et aménagements humains. Alors depuis 2008 l’espèce est le sujet d’un Plan national d’actions lancé par le ministère de l’Ecologie et d’un plan européen Life. Leur but : mieux le connaître pour mieux le protéger.

Et c’est dans ce cadre que le CEN Aquitaine lance un appel à bénévoles (1) pour ces trois prochains jours sur le gave de Saint-Engrâce. Il s’agit d’aider « l’installation et le relevé de pièges à empreintes (radeaux flottants) sur le Gave de Sainte-Engrâce dans le cadre du LIFE Desman des Pyrénées encadre par le CEN Midi-Pyrénées, explique le Conservatoire d’espaces naturels. »

Rendez-vous est donné à 14 heures à l’église de Saint-Engrâce en Haute-Soule. Mieux vaut être en bonne condition physique et équipé, entre autres de cuissardes.

« L'opération dure ensuite toute la nuit de mercredi à jeudi et de jeudi à vendredi avec des relevés toutes les deux heures. C'est une des rares occasions pour observer le Desman des Pyrénées très difficilement observable dans le département. » poursuit le CEN Aquitaine.

Et d'ajouter : « Nous recherchons également des bénévoles sérieux pour nous aider à relever tous les 15 jours les 10 radeaux installés tous les 50m sur le Sainte-Engrâce. Le mode opératoire sera présenté pour que les bénévoles puissent être autonomes les fois suivantes. Les bénévoles peuvent se porter volontaires pour faire 1 à plusieurs relevés selon leurs disponibilités. »



(1) Renseignements et Inscription obligatoire : Clémence Fonty et Virginie Leenknegt, chargées de missions assistance technique ou Thierry Laporte, responsable assistance technique : Par téléphone : 05 59 90 14 42 / 05 59 04 49 12 ou par mail : c.fonty@cen-aquitaine.fr / v.leenknegt@cen-aquitaine.fr / t.laporte@cen-aquitaine.fr

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 16:58 Un globicéphale échoué à Bidart


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement