xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Le dernier macareux d'Hegalaldia


Lundi 7 Avril 2014


C'est un ouf de soulagement que doit pousser Hegalaldia. Le centre de sauvegarde de la faune sauvage installée à Ustaritz devrait relâcher le dernier macareux rescapé des tempêtes hivernales d'ici la fin de semaine. Mais déjà les jeunes animaux du printemps débarquent au centre...




Le dernier macareux soigné par Hegaladia devrait reprendre le large ces prochains jours ©V.B.
Le dernier macareux soigné par Hegaladia devrait reprendre le large ces prochains jours ©V.B.
Hegalaldia commence à respirer : seuls deux oiseaux marins malmenés par les tempêtes hivernales sont encore en soins. Un macareux et un guillemot de Troïl. Si le second a encore du mal à reprendre des forces, le second est pour ainsi dire prêt à retrouver les vagues et regagner ses pénates. En Bretagne ou sur les côtes britanniques ou irlandaises. L'équipe pourrait le relâcher d'ici la fin de semaine.

Le couple voulait acheter le petit écureuil roux

Pour autant le centre de sauvegarde de la faune sauvage installé au Pays Basque ne chôme pas. Il va d'abord procéder à une grande toilette de ses locaux, de ses piscines, ranger de fond en comble... Et repartir au front. Au printemps d'autres animaux sauvages risquent bien d'arriver. Déjà de jeunes oiseaux tombés du nid ont atterri dans les mains d'Hegalaldia : un jeune merle, deux petites chouettes hulotte et un bébé écureuil.

Un bébé écureuil qu'un couple de la région a récupéré, tombé au sol. Le couple s'y est même attaché et à eu du mal à le laisser aux bons soins de l'association. Pourtant l'écureuil roux est une espèce protégée que les particuliers ne peuvent ainsi détenir en captivité. S'ils peuvent les les sauver de la mort, ils doivent dès qu'ils le peuvent contacter un centre spécialisé et habilité pour se faire.

Les deux bonnes âmes sont repassées au centre Hegalaldia pour prendre des nouvelles de leur protégé. Mieux elles ont même proposé de l'acheter à l'équipe qui est restée interloquée par la question !

Sans doute le coupe a-t-il confondu l'écureuil de Corée et l'écureuil roux. Si le premier se vend en animalerie, considéré animal domestique par la loi française, le second est un petit mammifère sauvage de nos forêts. il doit le rester.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement