xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Le dernier macareux d'Hegalaldia


Lundi 7 Avril 2014


C'est un ouf de soulagement que doit pousser Hegalaldia. Le centre de sauvegarde de la faune sauvage installée à Ustaritz devrait relâcher le dernier macareux rescapé des tempêtes hivernales d'ici la fin de semaine. Mais déjà les jeunes animaux du printemps débarquent au centre...




Le dernier macareux soigné par Hegaladia devrait reprendre le large ces prochains jours ©V.B.
Le dernier macareux soigné par Hegaladia devrait reprendre le large ces prochains jours ©V.B.
Hegalaldia commence à respirer : seuls deux oiseaux marins malmenés par les tempêtes hivernales sont encore en soins. Un macareux et un guillemot de Troïl. Si le second a encore du mal à reprendre des forces, le second est pour ainsi dire prêt à retrouver les vagues et regagner ses pénates. En Bretagne ou sur les côtes britanniques ou irlandaises. L'équipe pourrait le relâcher d'ici la fin de semaine.

Le couple voulait acheter le petit écureuil roux

Pour autant le centre de sauvegarde de la faune sauvage installé au Pays Basque ne chôme pas. Il va d'abord procéder à une grande toilette de ses locaux, de ses piscines, ranger de fond en comble... Et repartir au front. Au printemps d'autres animaux sauvages risquent bien d'arriver. Déjà de jeunes oiseaux tombés du nid ont atterri dans les mains d'Hegalaldia : un jeune merle, deux petites chouettes hulotte et un bébé écureuil.

Un bébé écureuil qu'un couple de la région a récupéré, tombé au sol. Le couple s'y est même attaché et à eu du mal à le laisser aux bons soins de l'association. Pourtant l'écureuil roux est une espèce protégée que les particuliers ne peuvent ainsi détenir en captivité. S'ils peuvent les les sauver de la mort, ils doivent dès qu'ils le peuvent contacter un centre spécialisé et habilité pour se faire.

Les deux bonnes âmes sont repassées au centre Hegalaldia pour prendre des nouvelles de leur protégé. Mieux elles ont même proposé de l'acheter à l'équipe qui est restée interloquée par la question !

Sans doute le coupe a-t-il confondu l'écureuil de Corée et l'écureuil roux. Si le premier se vend en animalerie, considéré animal domestique par la loi française, le second est un petit mammifère sauvage de nos forêts. il doit le rester.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement