xoriburu.info
Coin des arts

Le dernier chant du cygne


Jeudi 16 Octobre 2014


Le cygne au long cou blanc immaculé chante-t-il une dernière et envoutante mélodie alors que le bel oiseau sent la mort s'approcher ? Quelle vérité cache ce fidèle coursier d'Apollon, dieu grec du chant et de la musique ?




Le chant du cygne, une légende ? ©V.B.
Le chant du cygne, une légende ? ©V.B.
Le cygne passerait-il sa vie dans le silence et alors qu’il s’appèterait à quitter l’une il romprait le second ? Premier et dernier grand chant d’adieu à la terre de cet oiseau blanc immaculé qui a inspiré compositeurs et philosophes. Chant de vérité ?

Platon déjà évoque le chant du cygne aux portes de la mort

Dès la Grèce ancienne, Platon veut bien prêter au cygne cette surprenante mélodie d’adieu. Et dans son dialogue Phédon où il raconte les dernières heures de Socrate, ce dernier dans sa prison déclare à ses amis :

Selon vous, je ne vaux donc pas les cygnes pour la divination; les cygnes qui, lorsqu'ils sentent qu'il leur faut mourir, au lieu de chanter comme auparavant, chantent à ce moment davantage et avec plus de force, dans leur joie de s'en aller auprès du Dieu dont justement ils sont les serviteurs. Or les hommes, à cause de la crainte qu'ils ont de la mort, calomnient les cygnes, prétendent qu'ils se lamentent sur leur mort et que leur chant suprême a le chagrin pour cause; sans réfléchir que nul oiseau ne chante quand il a faim ou soif ou qu'un autre mal le fait souffrir; pas même le rossignol, ni l'hirondelle, ni la huppe, eux dont le chant, dit-on, est justement une lamentation dont la cause est une douleur. Pour moi cependant, la chose est claire, ce n'est pas la douleur qui fait chanter, ni ces oiseaux, ni les cygnes. Mais ceux-ci, en leur qualité, je pense, d'oiseaux d'Apollon, ont le don de la divination et c'est la prescience des biens qu'ils trouveront chez Hadès qui, ce jour-là, les fait chanter et se réjouir plus qu'ils ne l'ont jamais fait dans le temps qui a précédé. Et moi aussi, je me considère comme partageant la servitude des cygnes et comme consacré au même Dieu; comme ne leur étant pas inférieur non plus pour le don de divination que nous devons à notre Maître; comme n'étant pas enfin plus attristé qu'eux de quitter la vie!

Le cygne chanteur et le cygne muet...

L’histoire est tenace et le cygne la porte sur ses ailes. Et la langue française l’a tant aimée qu’elle y a consacré l’expression. Le chant du cygne, dernière œuvre d'un artiste, d'un écrivain, etc., considérée parfois comme une des plus belles... Et c’est peut-être la raison pour laquelle à la mort du compositeur autrichien Frantz Schubert en 1775, son éditeur Haslinger publia un recueil posthume de quatorze de ses lieder sous le nom de Le chant du cygne.

Comme Anton Tchekhov qui à l'âge de vingt-six ans, fin 1886 et début 1887, donna à une petite pièce de théâtre en un acte le même titre de Le chant du cygne. Une rencontre entre un vieil acteur et son vieux souffleur qui remontent leurs souvenirs de gloire...

Alors leurre ou vérité des cygnes ? L’oiseau au long cou, coursier d’Apollon, dieu grec du chant est à double visage : cygne chanteur et cygne muet. Le premier, bec jaune et noir, pousse des cris doux et modulés sur 6 ou 7 notes ! Le second, bec orange rouge, appelé aussi cygne tuberculé, est lui plutôt silencieux et émet des cris à courte portée. Mais il paraît que ni l’un ni l’autre ne chantent, leur dernière heure venue, la plus belle des mélopées.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 31 Octobre 2016 - 19:36 Le Jardin public est tombé sur un os



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement