xoriburu.info
Les animaux de nos mers et rivières

Le corridor marin au Parlement d'Euskadi


Dimanche 20 Février 2011


Le 8 février dernier, le Parlement basque a adopté une résolution où il demande au Gouvernement d'Euskadi d'étudier la création d'un corridor écologique marin entre Saint-Sébastien et Biarritz. Création portée par l'association Oceana et le Cobe, Collège officiel des biologistes d'Euskadi. En toile de fond, le projet du port extérieur de Pasaia.




Le corridor marin au Parlement d'Euskadi
Un corridor écologique marin entre Saint-Sébastien et Biarritz verra-t-il le jour ? L’idée a fait un pas de plus cet hiver. La proposition portée par l’association Oceana et le Cobe est entrée dans l’hémicycle basque le 8 février dernier. Au printemps dernier, les deux organisations avaient présenté leur étude devant le Parlement basque.

Cette fois-ci, les députés ont adopté une résolution initiée par les groupes parlementaires Aralar et Mixto-EB. Cette résolution demande au Gouvernement d’Euskadi d’analyser l’étude d’Oceana et du Cobe, et d’inviter le ministère espagnol de l’Environnement, du milieu Rural et marin à travailler ensemble à l’intégration de cette zone dans le Réseau Natura 2000.

« Cet accord parlementaire stratégique marque un avant et un après dans les perspectives de protection marine dans la mer Cantabrique basque, a déclaré Jon Ander Etxebarria, doyen du Cobe. Pilar Unzalu et German Alonso, hauts responsables de la conservation de la biodiversité de la communauté autonome du Pays basque, vont ainsi pouvoir analyser les données scientifiques recueillies et proposer la protection, dans le cadre du réseau Natura 2000, des zones pélagiques et des fonds marins face aux SIC (1) de Ulia et Jaizkibel. La configuration de ce couloir marin transfrontalier fournira davantage de cohésion territoriale par rapport aux relations entre les territoires du Nord et du Sud du Pays basque tout en améliorant les perspectives économiques, environnementales et touristiques de cette partie du littoral basque ».

Ricardo Aguilar, directeur de recherche d’Oceana Europe indique que : « Le parlement a effectué un pas décisif vers la protection de la biodiversité marine. Nous sommes heureux de constater que tous les partis politiques s’engagent à travailler ensemble pour définir les mesures de protection les plus appropriées à un lieu aussi unique que la zone marine située face aux falaises de Jaizkibel et Ulia. Il incombe à présent au gouvernement basque et au Ministère de l’Environnement de respecter la législation internationale ».

Si le corridor venait à être créé, le projet du port extérieur de Pasaia risquerait d’être compromis. Oceana et le Cobe ont déjà exprimé leur opposition à ce projet dans un rapport remis aux différentes institutions.

Le 23 février prochain d’ailleurs, Oceana présentera sa proposition de protection de la zone marine face aux falaises de Jaizkibel à la faculté des sciences et technologie de l’université du Pays basque (Campus de Leioa). Le jour suivant, l'organisation participera à une table ronde organisée par la mairie de Hondarribia. Le thème sera justement Pasaia.

(1) Site d’Intérêt Communautaire

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 16:58 Un globicéphale échoué à Bidart


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement