xoriburu.info
Ecosystèmes

Le climat s'invite au Foro de Biarritz


Dimanche 7 Novembre 2010


Pour sa XIe édition, Les rencontres Europe-Amérique Latine, Foro de Biarritz ont débattu autour du climat. Alors que la conférence sur les changements climatiques se tiendra justement à Cancun au Mexique à la fin du mois. Si les esprits n'ont pas été très optimistes sur un tout prochain accord sur le sujet, ils ont rappelé les enjeux pour les générations futures.




L'été indien s'est attardé sur les drapeaux du Foro ©xoriburu.info
L'été indien s'est attardé sur les drapeaux du Foro ©xoriburu.info
Dans trois semaines, Cancun au Mexique sera un point de mire du monde. La ville accueillera le sommet de l'ONU sur les changements climatiques. Les représentants de près de 200 Etats devraient faire le voyage. De très nombreux scientifiques et experts y prendront la parole. Les ong affuteront leurs arguments. Sans compter les lobbyings en tout genre : économique...

Les esprits chagrins tablent déjà sur un échec. Comme à Copenhague l'an dernier. Et la question fait le tour du monde: les deux plus gros émetteurs de gaz à effets de serre sauront-ils entendre raison? Car sans eux, point de salut.


Didier Borotra, sénateur-maire de Biarritz, en compagnie d'Ernesto Sempere, ancien président de Colombie, accueille José Serra, candidat aux dernières élections au Brésil ©xoriburu.info
Didier Borotra, sénateur-maire de Biarritz, en compagnie d'Ernesto Sempere, ancien président de Colombie, accueille José Serra, candidat aux dernières élections au Brésil ©xoriburu.info
C'est justement une des questions soulevée lors des XIe "Rencontres Europe-Amérique Latine, Foro de Biarritz", vendredi dernier sur la côte basque. Ces Rencontres réunissent chaque année depuis 2000, pendant deux jours, des responsables politiques, économiques, universitaires et du monde des médias, orginaires de deux continents. Une année sur deux, elles se déroulent à Biarritz, initiées par Didier Borotra, sénateur maire de la ville. La suivante dans un pays d'Amérique Latine.
Des ateliers thématiques ont ponctués ces deux jours de jeudi et vendredi alors que l'été indien s'était un peu attardé pour l'occasion. Le climat a été l'un d'eux.

Parce que le sommet de Cancun approche, on aurait pu penser qu'il allait faire le plein. Mais, c'est vers un autre débat plus chaud que les invités se sont déplacés : la liberté de la presse en Amérique latine.

C'est Manuel Marin, ancien président des Cortes en Espagne et ex commissaire européen qui a présidé l'atelier sur le réchauffement climatique. A ses côtés, Lourdes Aranza Bezaury, secrétaire d'Etat aux affaires étrangères au Mexique a expliqué les enjeux que ce sommet représentait pour son pays et le monde.



Manuel Marin, ancien président des Cortes a présidé l'atelier sur le climat ©xoriburu.info
Manuel Marin, ancien président des Cortes a présidé l'atelier sur le climat ©xoriburu.info
" Les négociations sur le réchauffement climatique impliquent non seulement une vision environnementale, mais aussi économique et géostratégique, a insisté Manuel Marin, ancien président des Cortes en Espagne et ancien commissaire européen. Les spécialises de la question doivent en être conscients. Les deux pays qui émettent le plus de gaz à effet de serre sont les Etats-Unis et la Chine. Ces deux Etats réunissent à eux seuls 54% des émissions. L'union européenne 13%..." Et de souligner "L'axe du monde économique s'est déplacé du méridien 0, celui de Greenwich en Grande-Bretagne, au méridien 180, en plein océan Pacifique."

Et l'Amérique Latine? Les taux d'émissions ne sont plus les mêmes... C'est le Mexique le plus important émetteur du continent avec 2%. puis le Brésil, 1%. Si elle émet peu de gaz à effet de serre, l'Amérique latine subit de plein fouet les effets du réchauffement. "Le Pérou a perdu en trente ans 22% de sa masse glaciaire, a insisté Jose Manuel Hernandez du Partido Humanista dans ce pays. Soit la consommation en eau potable de Lima pendant dix ans."

Cancun sera-il concluant ? L'atelier du Foro est resté mi-figue mi-raisin, justement préoccupé par les dernières élections aux Etats-Unis qui ne laissent plus les coudées franches au président Obama sur la question. L'an prochain, le sommet sur le climat se tiendra en Afrique du Sud et d'ici là l'horizon se sera éclairci. Les intervenantes ont rappelé que le thème du changement climatique pose aussi une question éthique. Car qui en souffrent le plus? Les pays qui chaque jour en deviennent plus pauvres. "Nous devons trouver des compromis pour les générations futures."

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 25 Juillet 2019 - 10:45 La canicule plombe l'air au Pays Basque


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement