xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Le chien et la vieille dame


Lundi 16 Février 2015


Chaque jour il trainait dans son quartier dont il avait fini par être le maître. Chez lui il s'ennuyait, cadeau d'enfants à leur mère âgée... Un cadeau trop encombrant.




Les enfants n'avaient pas pensé que le joli chiot allait devenir trop grand pour leur mère ©V.B.
Les enfants n'avaient pas pensé que le joli chiot allait devenir trop grand pour leur mère ©V.B.
Ce sont mes enfants qui m'en ont fait cadeau, racontait la dame à l'automne dernier. Mais je n'ai pas de force pour le tenir et il fugue. Il faut qu'Ils le donnent. Je n'en veux plus.» Ce fut sans doute un joli chiot, petit boule de poils tricolore. Une de ces races inconnues voilà dix ans et qui depuis surfent sur la vague de la mode. Et les enfants ont craqué. Pour leur mère, seule dans sa grande maison.

La petite boule de poils est devenue une trop belle bête pour la dame aux jambes fragiles

Les enfants ont-ils voulu lui faire plaisir ? La sortir de sa solitude en lui offrant une compagnie ? Au fil des mois, la petite boule de poils est devenu une belle bête. Au bas mots trente kilos au garot. Une belle toison touffue. Bien campé sur ses pattes. Trop bien campé pour les jambes fragiles de la vieille dame.

Du jardin, le chien en fit vite le tour. Et plutôt que s'ennuyer à écouter seul les petits oiseaux, il en franchit le portail. L'herbe est parfois plus verte hors des murs. Alors l'animal entreprit la reconnaissance des terrains alentour. Des pelouses, un tout petit bois, et des trottoirs qui longeaient les rues. Nez au vent, il finit par arpenter son territoire. Chaque jour. Hors des murs de sa maison.

Il n'est pas dit que la vieille dame n'y vint pas le chercher les premiers temps. Mais le chien étendit ses errances. Sûr de sa fougue de jeune mâle. Pas méchant pour un sou. Il saluait ses congénères d'aboiements intempestifs. Histoire que nul ne conteste sa suprématie sur ce bout de territoire entre maisons, immeubles et macadam.

Et puis un jour, le roi du quartier disparut des rues. Trouva-t-il enfin la sérénité au sein des murs de sa maison ? « Il y a plus de dix jours, je l'ai revu devant chez nous, témoignait une voisine hier. Il allait et venait. Et contrairement à d'habitude, il n'aboyait pas. Il semblait penaud. il est resté là couché toute l'après-midi. Une voisine est alors allée alerter sa propriétaire qui est sortie de sa maison. Elle avait dans ses bras une petite boule de poils. Toute blanche. Vraiment petite. »

Et de se poser la question si la dame avait fini par trouver une famille d'accueil pour le trop encombrant cadeau de ses enfants. « Je ne l'ai pas vu depuis. J'espère qu'il est bien où il est. En tous les cas, c'est un autre tout petit chien que la vieille dame avait dans ses bras. » termina la voisine. Le cœur un peu serré.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement