xoriburu.info
Coin des arts

Le carnaval à Saint-Sébastien approche à grands pas


Samedi 7 Février 2015


Il ne reste que quelques jours à Saint-Sébastien avant de plonger dans son carnaval. Dès le jeudi 12 février prochain, le dieu Momo débarquera dans la cité guipuzcoanne pour cinq jours de délire joyeux. Samedi 21 et dimanche 22 février, les dernières compagnies défileront dans les rues.




C'est Antoni Pontí Ibars, de Lérida, licencié en Beaux-Arts et graphiste qui a composé l'affiche de cette édition 2015 du carnaval de Saint-Sébastien
C'est Antoni Pontí Ibars, de Lérida, licencié en Beaux-Arts et graphiste qui a composé l'affiche de cette édition 2015 du carnaval de Saint-Sébastien
Le coup d'envoi du carnaval de Saint-Sébastien sera donné le jeudi 12 février prochain. Si le début des festivités commence dès 16h31, c'est à 19h01 que le dieu Momo fera ses premiers pas dans la cité guipuzcoanne. Un rôle tenu cette année par Oliber Nestar Olimos de la compagnie Eureka. Et après un parcours bien rodé dans les rues, le dieu de la fête recevra les clefs de la ville. Et c'est parti pour cinq jours de liesse.

Raimundi Sarriegi compose les Lamentations d'un chipiron en 1900

Le carnaval ne date pas d'hier à Saint-Sébastien. 1814, c'est l'année où l'on en trouve les premières références. A cette époque, il était célébré par des groupes d'étudiants et d'amis et des groupements d'artisans. Et déjà, ces jours de fête avaient inspiré des artistes, comme José Bizente Etxagarai, qui ont laissé chansons, bertsos et chroniques littéraires à la postérité. Le carnaval se développa jusqu'à laisser en 1900 un souvenir imperissable dans la mémoire de la cité. Ce fut cette même année que le compositeur Raimundo Sarriegui composa deux œuvres dédiés au carnaval : Mariscos en tierra (Fruits de mer en terre) et Lamentos de un chipirón (Lamentations d'un chipiron).

Jusqu'en 1924, les festivités se poursuivirent, avec des hauts et des bas. Mais cette année-là, on décréta la fin de la récréation, on interdit le jeu, on supprima la tolérance qui existait pour célébrer le carnaval dans les rues. Les festivaliers se réfugièrent dans des fêtes privées.

En 1978, le centre d'attraction et de tourisme reprit la main et relança la machine du carnaval. Avec le soutien des sociétés populaires et des groupes du temps libre. Depuis, le dieu Momo est devenu le maître du ballet. Un maître qui, jusqu'à l'enterrement de la Sardine lundi 16 février à 19 heures, règnera sur une ville en délire joyeux.

Il y aura refête les samedi 21 et dimanche 22 février, les dernières compagnies défileront dans les rues. Samedi à 11 heures, les compagnies Intxaur-Txiki, Salai y Txingor dans les rues de Intxaurrondo. DImanche à 11 heures, se déroule la fête de Piñata à Altza. Puis le carnaval déroule ses derniers costumes à midi avec la compagnie de Inude y Artzainak. Son parcours: Pablo Gorosabel (Ikastola Ikasbide), Av. de Barcelona, Gregorio Ordoñez, pl. de Irún, Isabel II, Av. de Madrid, Anoeta, Av. de Madrid, pl. de los Prebostes, Elkartea.

Vous pouvez télécharger le programme en Espagnol ci-dessous.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 31 Octobre 2016 - 19:36 Le Jardin public est tombé sur un os


On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images


La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement