xoriburu.info
Coin des arts

Le carnaval à Saint-Sébastien approche à grands pas


Samedi 7 Février 2015


Il ne reste que quelques jours à Saint-Sébastien avant de plonger dans son carnaval. Dès le jeudi 12 février prochain, le dieu Momo débarquera dans la cité guipuzcoanne pour cinq jours de délire joyeux. Samedi 21 et dimanche 22 février, les dernières compagnies défileront dans les rues.




C'est Antoni Pontí Ibars, de Lérida, licencié en Beaux-Arts et graphiste qui a composé l'affiche de cette édition 2015 du carnaval de Saint-Sébastien
C'est Antoni Pontí Ibars, de Lérida, licencié en Beaux-Arts et graphiste qui a composé l'affiche de cette édition 2015 du carnaval de Saint-Sébastien
Le coup d'envoi du carnaval de Saint-Sébastien sera donné le jeudi 12 février prochain. Si le début des festivités commence dès 16h31, c'est à 19h01 que le dieu Momo fera ses premiers pas dans la cité guipuzcoanne. Un rôle tenu cette année par Oliber Nestar Olimos de la compagnie Eureka. Et après un parcours bien rodé dans les rues, le dieu de la fête recevra les clefs de la ville. Et c'est parti pour cinq jours de liesse.

Raimundi Sarriegi compose les Lamentations d'un chipiron en 1900

Le carnaval ne date pas d'hier à Saint-Sébastien. 1814, c'est l'année où l'on en trouve les premières références. A cette époque, il était célébré par des groupes d'étudiants et d'amis et des groupements d'artisans. Et déjà, ces jours de fête avaient inspiré des artistes, comme José Bizente Etxagarai, qui ont laissé chansons, bertsos et chroniques littéraires à la postérité. Le carnaval se développa jusqu'à laisser en 1900 un souvenir imperissable dans la mémoire de la cité. Ce fut cette même année que le compositeur Raimundo Sarriegui composa deux œuvres dédiés au carnaval : Mariscos en tierra (Fruits de mer en terre) et Lamentos de un chipirón (Lamentations d'un chipiron).

Jusqu'en 1924, les festivités se poursuivirent, avec des hauts et des bas. Mais cette année-là, on décréta la fin de la récréation, on interdit le jeu, on supprima la tolérance qui existait pour célébrer le carnaval dans les rues. Les festivaliers se réfugièrent dans des fêtes privées.

En 1978, le centre d'attraction et de tourisme reprit la main et relança la machine du carnaval. Avec le soutien des sociétés populaires et des groupes du temps libre. Depuis, le dieu Momo est devenu le maître du ballet. Un maître qui, jusqu'à l'enterrement de la Sardine lundi 16 février à 19 heures, règnera sur une ville en délire joyeux.

Il y aura refête les samedi 21 et dimanche 22 février, les dernières compagnies défileront dans les rues. Samedi à 11 heures, les compagnies Intxaur-Txiki, Salai y Txingor dans les rues de Intxaurrondo. DImanche à 11 heures, se déroule la fête de Piñata à Altza. Puis le carnaval déroule ses derniers costumes à midi avec la compagnie de Inude y Artzainak. Son parcours: Pablo Gorosabel (Ikastola Ikasbide), Av. de Barcelona, Gregorio Ordoñez, pl. de Irún, Isabel II, Av. de Madrid, Anoeta, Av. de Madrid, pl. de los Prebostes, Elkartea.

Vous pouvez télécharger le programme en Espagnol ci-dessous.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 31 Octobre 2016 - 19:36 Le Jardin public est tombé sur un os



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement