xoriburu.info
Zooms

Le bourreau de Diabolo écope de trois mois de prison ferme


Jeudi 19 Juin 2014


En octobre dernier, une bonne étoile a sauvé Diabolo de la mort programmée. Abandonné le long d'une voie de chemin de fer au Puy-en-Velay, il manque de mourir, affamé, une plaie béante au cou cisaillé par une corde. Mardi, le tribunal a condamné l'auteur des faits pour abandon volontaire et actes de cruauté.




Le 27 octobre 2013, un promeneur, alerté par des cris, fait une bien horrible découverte : attaché court à un arbre près d'une voie de chemin de fer au Puy-en-Velay, un chien maigre comme un coucou se débat contre la mort. A force de se débattre, le lien a coupé la peau de son cou et la plaie est béante.

L'adoption de Diabolo rescapé de l'enfer est désormais définitive

L'animal, un beagle, est aussitôt amené chez le vétérinaire qui parvient à recoudre la blessure. Le Beagle qui porte le nom de Diabolo est ainsi sauvé in extrémis, confié aux bons soins d'une famille d'accueil de la région. Il y recouvrira ses forces.

Les autorités retrouvent rapidement le tortionnaire de Diabolo. Il sera poursuivi par la justice pour abandon volontaire d'un animal domestique et acte de cruauté. L'histoire de Diabolo dépasse les frontières départementales : l'émission 30 millions d'amis se déplace pour un reportage.

Et le 20 mai dernier, le tribunal de grande instance du Puy-en-Velay examine l'affaire. Si l'auteur présumé des faits ne se présente pas devant les juges, sa victime est bien là. Diabolo sera même présenté à la présidente de l'audience. A ses côtés, toutes les parties civiles sont représentées : la SPA de Haute-Loire, la SNDA, l'association Stéphane Lamart, la fondation 30 millions d'amis et la fondation Brigitte bardot.

L'homme incriminé a déjà sept condamnations à son passif, dont l'une pour détention d'un chien dangereux sans autorisation ! Le vice-procureur demande six mois de prison, dont trois assortis d’un sursis, avec la confiscation de Diabolo, l’interdiction à vie d’avoir des animaux et la confiscation de ceux qu’il possède déjà. Le tribunal décide de renvoyer sa décision au 17 juin.

Mardi donc, le tribunal rend sa décision finale. L'homme n'est toujours pas là pour l'entendre, les associations de protection animale ont fait le déplacement. De même Diabolo et le couple qui avait souhaité l'accueillir suite au reportage télévisé.

La Justice qui a suivi la demande du procureur reconnaît le tortionnaire de Diabolo coupable d’abandon volontaire et d’acte de cruauté et le condamne à une peine de six mois de prison, dont trois ferme, et mise à l'épreuve, et à 4 000 euros de dommages et intérêts aux parties civiles. Diabolo âgé de six ans va désormais pouvoir couler des jours heureux auprès du couple : son adoption est désormais définitive.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions



Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site




La côte basque en images



On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

09/10/2019

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement