xoriburu.info
Ecosystèmes

Le bio hors panier


Mercredi 25 Août 2010


Les primeurs bio sont-ils voués à rester une niche pour bourses aisées ? Selon le dernier Observatoire des prix des fruits et légumes de l'association Familles rurales, ils coûtent encore 70% plus cher que les autres. Il est vrai que les surfaces consacrées à ces cultures sont encore portions congrues dans le paysage rural français.




©Xoriburu
©Xoriburu
Les primeurs bio coûtent environ 70% plus cher que les autres. C’est ce que relève le dernier Observatoire des prix des fruits et légumes de l’association Familles rurales. C'est la première fois cette année que l'étude intègre ces produits biologiques.

Ainsi, le kilo moyen de pomme bio atteint 2,91€ contre 1,88 € pour un kilo de produit conventionnel. Celui d’un kilo de pomme de terre bio 1,96€, à comparer à 1,04€ pour un kilo de patates conventionnelles. Pourquoi ce viaduc entre les prix ? Les spécialistes l’expliquent par une main d’œuvre plus importante, des rendements moins élevés, des intrants (engrais…) plus coûteux.

L’agriculture biologique pointe encore doucement son nez en France. Les primeurs bio s'étendent sur 4,6% de la surface totale consacrée aux fruits et légumes. Leur consommation ne représentait que 3% de la quantité achetée de primeurs en 2008. Sachant que 60% de ces produits présents sur les marchés français ont été récoltés hors de l’Hexagone. Il est vrai qu’ils sont vendus à des prix moins élevés que les primeurs bio français dans la plupart des cas. Une de ces exceptions : la pomme à 3,31€.

Enfin une idée reçue a été vite balayée par l’étude. Les commerces de hard-discount ou les hypermarchés ne font pas les meilleurs prix, mais les supermarchés spécialisés bio ! Question de marges ? L'Observatoire ne peut que constater les prix, il manque d'éléments pour les expliquer. Une raison pour laquelle l'association demande une transparence totale de la filière, de ses marges... et une concertation plus grande entre ses acteurs pour un "prix juste pour tous".

Ester Gran


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Abandons : We are the champions

Les années passent et rien ne change : les abandons de chiens, chats, lapins... flirtent toujours les 100 000. La fondation 30 millions d'amis repart en campagne cet été dans une vidéo marquée par la célèbre chanson de Queen, We are the champions.

21/06/2019





Partager votre site


La puce à l'oreille
12/07/2019

Isolation à 1 euro, c'est peut-être l'anarque

Isoler son logement pour un euro ? C'est l'un des mirages que proposent des sociétés de démarchage téléphonique. Attention à l'arnaque prévient le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques en des termes plus jolis. Et ces sociétés n'hésitent pas à se dire mandatées par le Département... « Face à ces pratiques commerciales trompeuses, voire agressives, le Département invite ainsi les propriétaires à prendre le temps avant de s’engager ou de signer des contrats. Certaines isolations employées sont loin d’être efficaces et peuvent s’avérer dangereuses pour vous et votre logement. » Mieux vaut contacter la Mission Habitat du Conseil pour toute information et conseil au 05.59.11.44.23 ou les Espaces Info Energie Béarn (05.59.14.60.64) et Pays Basque (05.59.46.31.60).


On marche sur la tête !

La recherche agro-alimentaire n'a pas renoncé aux vaches à hublot

Ce sont encore des images choc que l'association L214 Ethique et Animaux a dévoilées ce matin. Vaches, le corps perforé, veaux enfermés dans des box exigus, poulets trop gros pour marcher... Cette fois-ci, la caméra plonge dans les excès d'un centre de recherche nutritionnelle pour l'élevage.



Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement