xoriburu.info
Ecosystèmes

Le bio hors panier


Mercredi 25 Août 2010


Les primeurs bio sont-ils voués à rester une niche pour bourses aisées ? Selon le dernier Observatoire des prix des fruits et légumes de l'association Familles rurales, ils coûtent encore 70% plus cher que les autres. Il est vrai que les surfaces consacrées à ces cultures sont encore portions congrues dans le paysage rural français.




©Xoriburu
©Xoriburu
Les primeurs bio coûtent environ 70% plus cher que les autres. C’est ce que relève le dernier Observatoire des prix des fruits et légumes de l’association Familles rurales. C'est la première fois cette année que l'étude intègre ces produits biologiques.

Ainsi, le kilo moyen de pomme bio atteint 2,91€ contre 1,88 € pour un kilo de produit conventionnel. Celui d’un kilo de pomme de terre bio 1,96€, à comparer à 1,04€ pour un kilo de patates conventionnelles. Pourquoi ce viaduc entre les prix ? Les spécialistes l’expliquent par une main d’œuvre plus importante, des rendements moins élevés, des intrants (engrais…) plus coûteux.

L’agriculture biologique pointe encore doucement son nez en France. Les primeurs bio s'étendent sur 4,6% de la surface totale consacrée aux fruits et légumes. Leur consommation ne représentait que 3% de la quantité achetée de primeurs en 2008. Sachant que 60% de ces produits présents sur les marchés français ont été récoltés hors de l’Hexagone. Il est vrai qu’ils sont vendus à des prix moins élevés que les primeurs bio français dans la plupart des cas. Une de ces exceptions : la pomme à 3,31€.

Enfin une idée reçue a été vite balayée par l’étude. Les commerces de hard-discount ou les hypermarchés ne font pas les meilleurs prix, mais les supermarchés spécialisés bio ! Question de marges ? L'Observatoire ne peut que constater les prix, il manque d'éléments pour les expliquer. Une raison pour laquelle l'association demande une transparence totale de la filière, de ses marges... et une concertation plus grande entre ses acteurs pour un "prix juste pour tous".

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 3 Décembre 2018 - 16:44 Juste un coucher de soleil...

Samedi 6 Octobre 2018 - 23:37 Alternatiba rallie Surfrider à Biarritz


Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement