xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Le bien-être animal touche les cœurs. Et le porte-monnaie?


Lundi 20 Février 2012


Comme chaque année, les animaux de ferme seront au cœur du salon de l’Agriculture qui ouvrira ses portes à Paris le 25 février prochain. Au cœur du salon et dans le cœur des familles qui s’y rendent pour eux seuls. A la veille de cet événement, l’ONG, CRIF, publie un sondage IFOP. Trois Français sur quatre sont attentifs aux conditions d’élevage des animaux qu’ils consomment.




Selon le sondage Ifop pour Ciwf, 73% des Français sont attentifs au bien-être des animaux de ferme ©xoriburu/V.B.
Selon le sondage Ifop pour Ciwf, 73% des Français sont attentifs au bien-être des animaux de ferme ©xoriburu/V.B.
Une enquête de l’Ifop pour Ciwf (Compassion in world farming) révèle que les Français sont majoritairement sensibles aux conditions d’élevage des animaux qu’ils consomment. Ils sont 85% à être favorables à une meilleure information sur ces mêmes conditions d’élevage. Une attention toute particulière est portée sur les élevages porcins qui préoccupent 80% des Français. Des chiffres très encourageants pour CIWF France.

Les conditions d’élevage des animaux peuvent être un critère de choix pour 73% des Français. Ces derniers portent une attention particulière aux conditions d’élevage des animaux lorsqu’ils achètent un produit d’alimentation d’origine animale. Près des trois-quarts d’entre eux considèrent qu’il s’agit d’un critère de choix (73%) et 15% un critère de choix déterminant.

Payer plus cher en temps de crise ? Pas si facile

Le bien-être des porcs inquiète les consommateurs ©xoriburu.V.B
Le bien-être des porcs inquiète les consommateurs ©xoriburu.V.B
Encore faut-il être informé des conditions d ‘élevage. 85% des Français les jugent importantes. 41% jugent même cette information très importante. Mais ce type d’information n’existe que pour les œufs (codes 0, 1, 2 ou 3 sur la coquille). « Ces résultats révèlent un véritable manque dans le cadre législatif national et européen » commente CIFW.

Reste à ouvrir le porte-monnaie en ces temps de crise. Car le lait, la viande ou les œufs issus d’élevage industriels sont moins cher que les autres ! Le bât blesse justement car seulement un Français sur 5 est prêt à payer plus cher la viande de porc s’il a la garantie que l’animal a été élevé dans de meilleures conditions.

L’enquête révèle que les élevages porcins, souvent très critiqués pour leur impact environnemental négatif, suscitent également de grandes inquiétudes concernant le bien-être animal. 80% des Français sont préoccupés par l’élevage des porcs.

Le Ciwf informera les visiteurs au Salon de l'agriculture

CIWF, Compassion in world far ming est une association britannique créée en 1967. La mission est d’encourager les pratiques d’élevage respectueuses du bien-être des animaux d’élevage. Et d’être force de proposition en matière d’alternatives viables et durables aux fermes intensives. Elle entend valoriser les bonnes pratiques et des démarches de progrès dans l’agroalimentaire. Chaque année, elle décerne des prix en ce sens : les Œufs d’or. Elle a créé une antenne en France en 2009.

L’association tiendra son stand au Salon de l’Agriculture jusqu’au 4 mars. « Le SIA représente pour nous un rendez-vous de toute première importance. Nous répondrons présents auprès des consommateurs et des professionnels de plus en plus attentifs à la cause du bien-être animal » explique Léopoldine Charbonneaux, Directrice de CIWF France.

L’ong proposera aux visiteurs du salon et aux internautes de répondre à son «Quiz Bien-être Animal » sur son stand et sur son site Internet www.ciwf.fr, pendant toute la durée du salon.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement