xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Le bien-être animal touche les cœurs. Et le porte-monnaie?


Lundi 20 Février 2012


Comme chaque année, les animaux de ferme seront au cœur du salon de l’Agriculture qui ouvrira ses portes à Paris le 25 février prochain. Au cœur du salon et dans le cœur des familles qui s’y rendent pour eux seuls. A la veille de cet événement, l’ONG, CRIF, publie un sondage IFOP. Trois Français sur quatre sont attentifs aux conditions d’élevage des animaux qu’ils consomment.




Selon le sondage Ifop pour Ciwf, 73% des Français sont attentifs au bien-être des animaux de ferme ©xoriburu/V.B.
Selon le sondage Ifop pour Ciwf, 73% des Français sont attentifs au bien-être des animaux de ferme ©xoriburu/V.B.
Une enquête de l’Ifop pour Ciwf (Compassion in world farming) révèle que les Français sont majoritairement sensibles aux conditions d’élevage des animaux qu’ils consomment. Ils sont 85% à être favorables à une meilleure information sur ces mêmes conditions d’élevage. Une attention toute particulière est portée sur les élevages porcins qui préoccupent 80% des Français. Des chiffres très encourageants pour CIWF France.

Les conditions d’élevage des animaux peuvent être un critère de choix pour 73% des Français. Ces derniers portent une attention particulière aux conditions d’élevage des animaux lorsqu’ils achètent un produit d’alimentation d’origine animale. Près des trois-quarts d’entre eux considèrent qu’il s’agit d’un critère de choix (73%) et 15% un critère de choix déterminant.

Payer plus cher en temps de crise ? Pas si facile

Le bien-être des porcs inquiète les consommateurs ©xoriburu.V.B
Le bien-être des porcs inquiète les consommateurs ©xoriburu.V.B
Encore faut-il être informé des conditions d ‘élevage. 85% des Français les jugent importantes. 41% jugent même cette information très importante. Mais ce type d’information n’existe que pour les œufs (codes 0, 1, 2 ou 3 sur la coquille). « Ces résultats révèlent un véritable manque dans le cadre législatif national et européen » commente CIFW.

Reste à ouvrir le porte-monnaie en ces temps de crise. Car le lait, la viande ou les œufs issus d’élevage industriels sont moins cher que les autres ! Le bât blesse justement car seulement un Français sur 5 est prêt à payer plus cher la viande de porc s’il a la garantie que l’animal a été élevé dans de meilleures conditions.

L’enquête révèle que les élevages porcins, souvent très critiqués pour leur impact environnemental négatif, suscitent également de grandes inquiétudes concernant le bien-être animal. 80% des Français sont préoccupés par l’élevage des porcs.

Le Ciwf informera les visiteurs au Salon de l'agriculture

CIWF, Compassion in world far ming est une association britannique créée en 1967. La mission est d’encourager les pratiques d’élevage respectueuses du bien-être des animaux d’élevage. Et d’être force de proposition en matière d’alternatives viables et durables aux fermes intensives. Elle entend valoriser les bonnes pratiques et des démarches de progrès dans l’agroalimentaire. Chaque année, elle décerne des prix en ce sens : les Œufs d’or. Elle a créé une antenne en France en 2009.

L’association tiendra son stand au Salon de l’Agriculture jusqu’au 4 mars. « Le SIA représente pour nous un rendez-vous de toute première importance. Nous répondrons présents auprès des consommateurs et des professionnels de plus en plus attentifs à la cause du bien-être animal » explique Léopoldine Charbonneaux, Directrice de CIWF France.

L’ong proposera aux visiteurs du salon et aux internautes de répondre à son «Quiz Bien-être Animal » sur son stand et sur son site Internet www.ciwf.fr, pendant toute la durée du salon.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Août 2016 - 18:36 Au chaud les Moineaux

Mardi 29 Mars 2016 - 16:16 Cruauté à l'abattoir de Mauléon


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement