xoriburu.info
Eko-société

Le barrage de Sivens à Bayonne


Lundi 24 Novembre 2014


LGV au Pays Basque, barrage à Sivens... Les associations qui dénoncent les GPII, grands projets inutiles et imposés, organisent une soirée publique d'information à l'IUT de Bayonne le 5 décembre prochain.




Le barrage de Sivens à Bayonne
GPII, quatre petites lettres pour désigner des grands projets inutiles et imposés... Ils sont nombreux au yeux de associations qui les dénoncent : la LGV au Pays Basque, le barrage de Sivens dans le Tarn, l'aéroport à Notre Dame des Landes, la ferme des mille vaches dans le Nord Pas de Calais, le port extérieur de Pasaia au Gipuskoa...

En 2010, les associations signaient la charte d'Hendaye

C'est peut-être à Hendaye en 2010 que les premières associations ont lancé le premier mouvement organisé de résistance européenne. Mobilisées contre la construction des lignes à grande vitesse et de lignes dédiées au fret rapide à grande capacité dans leurs pays respectifs, France, Espagne et Italie, elles décident de signer une déclaration commune, dite Charte d'Hendaye.

Une charte où elles constatent, entre autres, que « ces projets constituent pour les territoires traversés un désastre écologique, socio-économique et humain : destruction de zones naturelles et de terres agricoles, nouveaux couloirs de nuisances et dégradation de l’environnement avec impacts négatifs importants pour les riverains ». Elles y demandent tant à l'Union européenne qu'à leur Etat révision de la stratégie sur les transports européens et un « véritable débat ».

Le 5 décembre, le barrage de Sivens au cœur de la soirée bayonnaise

Un an plus tard, le premier forum européen contre les grands projets inutiles et imposés se déroulait à Venaus en Italie. Depuis lors, d'autres mouvements de l'Union européenne se sont associés aux pionniers. Et aux grands projets ferroviaires, ce sont adjoints d'autres programmes dénoncés par les associations.

Chaque année se déroule la semaine européenne contre les GPII. Et c'est dans ce cadre que le Cade, Collectif des associations de défense de l’environnement, Bizi !, le comité local de soutien à Notre Dame des Landes, Attac et le collectif Vigan Pays Basque organisent une soirée d’information (1) sur la question le 5 décembre prochain.

Accueillie par l'IUT de Bayonne la soirée sera consacrée au barrage de Sivens. Les organisateurs donneront la parole aux opposants du projet et diffuserons des vidéos sur leur combat.

(1) Entrée libre : dès 20 heures, buffet végétalien avec des assiettes de pintxo bio/local/végétalien à 5euros/euskos.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement