xoriburu.info
Zooms

Le Roi Juan Carlos paie cher son safari


Mercredi 18 Avril 2012


La semaine dernière le Roi Juan Carlos a séjourné au Botswana pour un safari. Il devait participer à une chasse à l'éléphant. Depuis les critiques fusent.




L’aventure du roi d’Espagne au Botswana fait des vagues. Le roi Juan Carlos s’était rendu la semaine dernière dans ce pays africain pour participer à un safari à l’éléphant. Non pour tirer quelques portraits des pachydermes. Mais tirer à balle réelle sur l’un d’eux dans le cadre d’une chasse.

Pendant son séjour au Botswana, le roi d’Espagne a eu un accident et s’est brisé la hanche. Il a été rapatrié à Madrid. Il est soigné dans un hôpital de la capitale espagnole. L’accident a attiré l’attention sur ce safari – qui peut coûter 35 000 euros selon le Partido Animalista, alors que le pays est en pleine crise économique. Et depuis, des réactions fusent.

La chasse aux trophées est autorisée au Botswana

A l’échelle de son continent, l’éléphant d’Afrique ne va pas bien. Au fil des ans, sa population a chuté. Selon les estimations elle compte entre 470 000 et 690 000 individus. C’est la raison pour laquelle l’espèce est protégée depuis 1989. Cette année-là elle a été classée à l’annexe I de la Convention de Washington dans la plupart des pays africains. Voilà qui interdit donc sa chasse et le commerce international de tout animal vivant ou mort, et surtout de son ivoire.

Mais dans quelques pays, on a considéré que les populations locales de pachydermes n’étaient pas menacées. Voire qu’elles exerçaient trop de pression sur des habitats naturels qui se réduisent comme peau de chagrin. Des habitats que les hommes colonisent au fur et à mesure de leurs besoins.

Dans ces pays-là, les éléphants ne sont pas classés à l’annexe I de la Convention, mais à l’annexe II. Ce classement autorise sous certaines conditions et quotas la chasse aux trophées et le commerce de leur ivoire. Ces pays sont au nombre de quatre : l’Afrique du Sud, le Botswana, la Namibie et le Zimbabwe. Une situation qui soulève de nombreuses protestations d’associations de protection animale. D’un côté certaines condamnent toute chasse. Pour d’autres, la vente autorisée des stocks d’ivoire que ces pays possèdent favorise le marché noir des défenses d‘éléphants. Et le braconnage de ces animaux pour l’alimenter.

Les safaris, signes extérieurs de richesse dans un pays en crise

Si les chefs de deux principaux partis espagnols, le PP et le PSOE, se sont abstenus de commenter officiellement, d’autres ont levé la voix. Ainsi, le Partido animalista a déclaré dans un communiqué qu’il « est inacceptable que le Roi Juan Carlos se déplace en Afrique pour chasser des éléphants alors que le Gouvernement impose l’austérité et que des coupes budgétaires soient adoptées qui rendent la vie des Espagnols chaque jour plus difficile. » Dans les communautés autonomes certains n’hésitent pas à demander un débat sur la légitimité aujourd’hui de la monarchie.

Les associations de protection animale espagnoles sont aussi montées au créneau. Aujourd’hui, une vingtaine de militants ont voulu manifester devant l’hôpital mais ils ont été repoussés un peu plus loin. Ils ont battu le pavé donc dans une rue adjacente. Sur le forum espagnol Actuable, une pétition circule qui demande la démission du Roi de son poste de président d’honneur de WWF/Espagne. Selon le site, elle a recueilli 79 763 signatures (mardi 17 avril à 23h22).

Le Roi devra-t-il démissionner du WWF ?

Le Roi Juan Carlos est président d’honneur depuis la fondation de l’organisation, en 1968 qui s’appelait à cette époque Adena. L’association WWF/Espagne interpelée par l’opinion publique à ce sujet a déclaré qu’elle avait envoyé une lettre à la Maison royale afin qu’une réunion soit organisée. « Ce regrettable événement est connu du monde entier, écrit WWF dans sa lettre, et nous recevons des manifestations incalculables de protestation énergique. Ce qui implique un grave préjudice pour la crédibilité de WWF et l’énorme travail qu’il a accompli depuis plus de cinquante ans pour la protection des éléphants et des autres espèces. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement