xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Le Petit train, Hegalaldia et les vautours


Mardi 23 Septembre 2014


Le Petit Train grimpe, crémaillère par crémaillère, le flanc de la Rhune. Parmi les voyageurs, Hegalaldia et deux mystérieuses caisses pleines de vie.




;Un jour, un groupe adepte du nudisme m'a demandé s'il était dangereux de le faire en montagne. A cause des vautours ! Alors non. Je confirme : nu ou habillé, les vautours ne s'attaquent pas à l'homme. » Dans le petit train qui grimpe, crémaillère après crémaillère, la Rhune en ce dimanche 21 septembre, Stephan a un large sourire. A ses côtés, deux grandes caisses qui tressautent seules. Apostrophé sur leur mystère, l'homme lève le voile. Et les voyageurs s'étonnent et à l'écouter s'esclaffent de bon cœur.

Hegalaldia aura relâché maintes oiseaux au sommet de la Rhune

Sur la Rhune, les nuages s'accrochent aux ventas ©V.B.
Sur la Rhune, les nuages s'accrochent aux ventas ©V.B.
« A mes débuts, j'étais très sérieux dans les animations. Trop et le public décrochait » poursuit le soigneur de Hegalaldia. Stephan a donc appris à sortir des sentiers battus et enrobe biologie et biotope de plaisanteries. Et le message passe.

Accompagné aujourd'hui de Céline, Laurent et Marjorie, l'animateur mène au sommet de la Rhune quatre de leurs protégés. Quatre oiseaux qui sortis du nid n'ont pas su prendre leur envol. Trop jeunes pour rebondir, le centre de sauvegarde de la faune sauvage installé à Ustaritz dans le Pays Basque les a recueillis. Soignés, les quatre nécrophages ont repris du poil de la bête. Et dans les grandes volières, à l'abri du regard, ils se sont aguerris au vol.

Alors ce sont eux qui aujourd'hui seront dans la ligne de mire des voyageurs. Le dimanche précédent ce fut une cigogne. Car depuis le début de l'été, chaque semaine, le Petit Train de la Rhune qui célèbre cette année ses quatre-vingt dix ans, a invité le centre à organiser des animations au sommet de la mythique montagne basque. Et chaque semaine, quand le temps le permet, Hegalaldia a relâché des oiseaux.

Les jeunes vautours quittent le nid vers six à sept mois

DImanche prochain, Hegalaldia organisera sa dernière animation de l'été, invité par le Petit Train de la Rhune ©V.B.
DImanche prochain, Hegalaldia organisera sa dernière animation de l'été, invité par le Petit Train de la Rhune ©V.B.
Trente-cinq minutes après leur départ, les voyageurs arrivent au sommet, 905 mètres au-dessus de l'océan. Des volutes de nuages s'accrochent aux ventas bondées. On y déjeune. On y boit un pot. Arrimés aux flancs de la montagne, des marcheurs. Courage !

Les caisses sont lourdes. Huit kilos environ chaque vautour. Et tant bien que mal, plutôt bien que mal, les membres de Hegalaldia amènent leurs caisses plus haut. Là où les vautours pourront prendre leur envol. Loin des fils électriques du Petit Train qui dévalent la montagne.

« Lorsqu'ils quittent définitivement le nid, les jeunes ont environ six à sept mois. Ils ont déjà atteint leur taille adulte, explique Stephan. A la base du cou, leur colerette foncée s'éclaircira au fil du temps.  » Et de poursuivre sur les us et coutumes de ces nécrophages qui nettoient les montagnes de leurs cadavres. De l'importance du pastoralisme qui a façonné les montagnes du Pays Basque.

Les caisses sont maintenant ouvertes. De la première, les deux jeunes un peu secoués par le voyage s'attardent. De la seconde, leurs deux congénères ne demandent pas leur reste. Ils ont déjà filé que reste le dernier des quatre. Les ailes déployées, il fait face aux spectateurs. Superbe image du bel oiseau. Les minutes s'éternisent. Il n'y a pas à tergiverser : il doit jouer la fille de l'air.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement