xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Le Desman, animal secret des Pyrénées


Mercredi 22 Mai 2019


A la découverte d'une espèce peu connue du grand public : le Desman des Pyrénées. Dans quel environnement vit-il ? Est-il possible de l'apercevoir dans son habitat naturel ? La caravane du Desman répond à toutes vos questions.




La caravane du Desman



A l'occasion de la dernière édition de la Caravane du Desman, le Réseau Education Pyrénées Vivantes s'est associé à de nombreux partenaires locaux afin de faire connaître au plus grand nombre un petit mammifère encore peu connu : le Desman. 

Du 22 au 26 mai, la caravane parcourra les routes qui rejoignent Sainte-Engrâce à Oloron Sainte-Marie en passant par les communes de Tardets-Sorholus et d'Arette. 

Pendant ces cinq jours, des animations permettront aux participants (grand public, écoles mais aussi associations) d'en apprendre plus sur cette espèce cachée des Pyrénées.

Des sorties organisées près des lieux de rencontre possible du Desman mais aussi des animations, des jeux et des ateliers seront proposés afin d'expliquer au plus grand nombre comment et où vit cet animal. Mais aussi d'en savoir un peu plus sur ses voisins et surtout mobiliser les humains à la protection de son habitat. 

Au programme de ces 5 jours : canyon et rafting, randonnées et sorties terrain mais aussi des expositions, des jeux et animations scientifiques, un séance de cinéma et bien d'autres... 




 

Le Des quoi ?



Le Desman des Pyrénées est un petit mammifère semi-aquatique qui vit au bord de ruisseaux uniquement dans les Pyrénées. 

Il est doté d'une épaisse fourrure ainsi que d'une longue queue. Ses pattes palmées et ses griffes lui permettent de nager dans l'eau afin de se nourrir. Le Desman est un cousin de la taupe mais contrairement a sa cousine la trompe qu'arbore son museau est bien plus longue. 

De plus, c'est un poids plume : il pèse à peine 50 grammes ! Pas étonnant qu'il passe inaperçu dans les cours d'eau : la science a même découvert son espèce tardivement. Le naturaliste Geoffroy Saint-Hilaire décrit l'animal pour la première fois en 1811. 

De nos jours, il est rare d'apercevoir un Desman et beaucoup de questions sur son mode de vie, par exemple, restent toujours sans réponse. 

Le Desman des Pyrénées est un espèce en voie de disparition et protégée. Ce mammifère vit seulement dans certains cours d'eau des Pyrénées, et est malheureusement menacé par les activités humaines. 

N'hésitez pas à nous envoyer des photos et des informations complémentaires si par hasard vous en croiseriez un sur votre chemin. 


 
© Pierre Cardiran / CEN Midi-Pyrénées
© Pierre Cardiran / CEN Midi-Pyrénées

India Hees


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement