xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Le Desman, animal secret des Pyrénées


Mercredi 22 Mai 2019


A la découverte d'une espèce peu connue du grand public : le Desman des Pyrénées. Dans quel environnement vit-il ? Est-il possible de l'apercevoir dans son habitat naturel ? La caravane du Desman répond à toutes vos questions.




La caravane du Desman



A l'occasion de la dernière édition de la Caravane du Desman, le Réseau Education Pyrénées Vivantes s'est associé à de nombreux partenaires locaux afin de faire connaître au plus grand nombre un petit mammifère encore peu connu : le Desman. 

Du 22 au 26 mai, la caravane parcourra les routes qui rejoignent Sainte-Engrâce à Oloron Sainte-Marie en passant par les communes de Tardets-Sorholus et d'Arette. 

Pendant ces cinq jours, des animations permettront aux participants (grand public, écoles mais aussi associations) d'en apprendre plus sur cette espèce cachée des Pyrénées.

Des sorties organisées près des lieux de rencontre possible du Desman mais aussi des animations, des jeux et des ateliers seront proposés afin d'expliquer au plus grand nombre comment et où vit cet animal. Mais aussi d'en savoir un peu plus sur ses voisins et surtout mobiliser les humains à la protection de son habitat. 

Au programme de ces 5 jours : canyon et rafting, randonnées et sorties terrain mais aussi des expositions, des jeux et animations scientifiques, un séance de cinéma et bien d'autres... 




 

Le Des quoi ?



Le Desman des Pyrénées est un petit mammifère semi-aquatique qui vit au bord de ruisseaux uniquement dans les Pyrénées. 

Il est doté d'une épaisse fourrure ainsi que d'une longue queue. Ses pattes palmées et ses griffes lui permettent de nager dans l'eau afin de se nourrir. Le Desman est un cousin de la taupe mais contrairement a sa cousine la trompe qu'arbore son museau est bien plus longue. 

De plus, c'est un poids plume : il pèse à peine 50 grammes ! Pas étonnant qu'il passe inaperçu dans les cours d'eau : la science a même découvert son espèce tardivement. Le naturaliste Geoffroy Saint-Hilaire décrit l'animal pour la première fois en 1811. 

De nos jours, il est rare d'apercevoir un Desman et beaucoup de questions sur son mode de vie, par exemple, restent toujours sans réponse. 

Le Desman des Pyrénées est un espèce en voie de disparition et protégée. Ce mammifère vit seulement dans certains cours d'eau des Pyrénées, et est malheureusement menacé par les activités humaines. 

N'hésitez pas à nous envoyer des photos et des informations complémentaires si par hasard vous en croiseriez un sur votre chemin. 


 
© Pierre Cardiran / CEN Midi-Pyrénées
© Pierre Cardiran / CEN Midi-Pyrénées

India Hees


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement