xoriburu.info
Zooms

Le Béarn n'accueillera pas d'ourse


Mercredi 1 Juin 2011





Aucune ourse ne sera relâchée dans le Béarn ce printemps. Ni cet été d’ailleurs. Elle devait « remplacer » Franska tuée accidentellement dans les Hautes-Pyrénées en 2007. Les deux mâles qui vivent encore en Béarn se passeront donc de femelle. Il y a peu de chances qu’ils quittent leurs terres pour rejoindre les ourses des autres régions. Pas plus sûr d’ailleurs que ces dernières viennent à leur rencontre…

Dans un communiqué, l’association Ferus regrette cette décision. L’Etat français « renie ainsi l'engagement qu'il avait pris l'an dernier de remplacer les ours tués par la faute de l'homme. Il renonce par là même à sa décision de procéder par toutes petites étapes au soutien d'une population d'ours pyrénéens en grande difficulté, faute d'avoir affiché sa volonté de la restaurer. »

De son côté, Adet-Pays de l’Ours estime que « Aujourd’hui, le Gouvernement marque une rupture avec la politique menée de manière continue par l’Etat depuis plus de 15 ans. Le refus de lâcher ce printemps une ourse en Béarn est un reniement de la parole de l’Etat, qui signe l’arrêt de mort de l’ours en Béarn où il est présent depuis des millénaires. »

Avant de prendre cette décision, le ministère de l’Ecologie avait lancé cet hiver une consultation publique dans les communes du massif. Les résultats n’ont pas été publiés. Mais sans doute les réponses ont-elles été à l’image de la montagne. Contrastés. L’ours est un sujet qui fâche.

Le 21 mai dernier, le comité permanent du Conseil national de la protection de la nature avait émis un avis favorable à la réintroduction d’une femelle. Avis consultatif. Le gouvernement ne l’a pas entendu ainsi. Les pro et les anti-ours vont fourbir leurs armes maintenant en vue des élections de 2012.


Autres zooms

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Janvier 2013 - 23:42 Ours : les associations reprennent la main


On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images


La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement