xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

La tempête explose les macareux moines au Pays Basque


Lundi 3 Février 2014


Après les jeunes phoques, des macareux moines. La tempête qui a sévi ces derniers jours sur la côte basque a jeté sur le sable des oiseaux de haute mer épuisés. Les plus chanceux ont été recueillis par Hegalaldia.




Guillemots, macareux... les oiseaux tombent sous la tempête ©V.B.
Guillemots, macareux... les oiseaux tombent sous la tempête ©V.B.
Entre les bois morts, les bouts de plastique et les mailles de filet, des plumes qui légèrement frémissent. Tête noire plumage blanc, l’oiseau git sur le sable que la marée haute a balayé un peu plus tôt. Le chien s’approche, truffe en avant. L’oiseau des mers ne bouge pas. Ses plumes vibrent sous le vent et non la vie. L’animal des grands espaces salées est mort.

Hegalaldia accueille surtout des macareux moines, oiseaux pélagiques

Après les jeunes phoques, ce sont donc les oiseaux marins que l’océan déchainé a rejeté sur le littoral. Cadavres pour le pire, animaux exténués, déshydratés pour le meilleur. La semaine dernière le vent les a secoués ces espèces qui vivent en haute mer. Et ce week-end, les intempéries qui ont explosé les digues et les baies vitrées des établissements du bord de plage n’ont pas été plus tendres avec elles.

Dès le 30 janvier, le centre de sauvetage de la faune sauvage Hegalaldia installé à Ustaritz lançait un message d’alerte. Depuis le week-end précédent, il avait accueilli plus de vingt-cinq oiseaux. Des oiseaux marins pour la plupart, dont plusieurs macareux moines et guillemots de Troïl.

Le lendemain, alors que la tempête reprenait de plus belle, la cadence devenait infernale : trois guillemots de Troïl, douze macareux moines et une mouette tridactyle. Tous ramassés sur le littoral du Pays Basque et du sud des Landes par des bénévoles qui les avaient arrachés des mains de la grande faucheuse. Une vraie chaîne de solidarité s’était alors créée.

« Nous n'avions jamais accueillis autant de macareux en si peu de temps depuis la marée noire du Prestige, du jamais vu! » devait écrire l’équipe sur sa page Facebook. Les oiseaux sont aujourd’hui en bonne main. Lorsqu’ils auront récupéré ils pourront retrouver l’appel du grand large. Ils partiront vers la haute mer, oiseaux pélagiques, qu'ils ne quittent pour la terre ferme afin de se reproduire.

Aujourd’hui, lundi 3 février, les conditions météorologiques se calment. L’océan déchiré s’apaise. Les vagues submersives s’éloignent. Peut-être le ressac sur le littoral laissera-t-il encore quelques plumes volées au vent ? Oiseaux épuisés ? Alors promeneurs du littoral si vous les remarquez...


Ecume de nuit
  • Ecume de nuit
  • Déchets Milady
  • Les vagues submergent le sable
  • Mer déchaîné

Les vagues sub-mersives reviennent sur le littoral mercredi au matin

Mais attention, la région est à nouveau placée en vigilance orange dès mercredi 5 février, 6 heures. Elle devrait être levée jeudi 6 février, 00h000. Evitons donc de s'approcher des plages !

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement