xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

La route tue


Mardi 27 Juillet 2010


Les chiffres de collisions entre véhicule et animal sauvage explosent d'une année sur l'autre.




La route tue
Il y a eu 65 468 véhicules qui ont percuté un animal sauvage en 2009 en France. Soit une hausse de 58% par rapport à l'année précédente. Encore ne parle-t-on ici que des accidents recensés par le Fonds de garantie qui indemnise les collisions. Les hérissons, les grenouilles et autres rapaces heurtés en plein vol la nuit sont oubliés...
Le Fonds de garantie avance deux raison à cette croissance exponentielle: la prolifération des populations d'ongulés et les plus nombreux dossiers envoyés par les conducteurs qui font valoir leurs droits à une indemnisation. Dossiers d'autant plus nombreux que depuis le 1er juin 2007, en application d'une directive européenne sur l'assurance automobile, l'abattement de 300 euros retenus sur chaque dommage matériel n'existe.
Ce sont les sangliers et les chevreuils les plus souvent heurtés. Leurs populations, il est vrai, ont explosé ces dernières décennies. On compte aujourd'hui un million de sangliers contre 250 000 en 1998, 1,8 million de chevreuils contre 250 000 environ vingt-cinq ans plus tôt et 170 000 cerfs et biches (40 000 en 1985).
Pourquoi? La nature n'est pas seule en cause. Bien sûr, d'aucun souligne des climats de plus en plus doux, les tempêtes qui ont couché des milliers d'arbres et ouvert ainsi de vastes zones accessibles et riches de nourriture. Pour autant certaines activités humaines leur ont été bénéfiques: expansion des cultures de maïs dont se régalent les sangliers, agrainage... et morcellement des territoires.
Depuis des décennies, les pouvoirs publics ont confié aux chasseurs la gestion des populations d'ongulés sauvages. Or les plans de chasse n'ont pas suffit à les contrôler. Sans doute faudrait-il aujourd'hui se pencher sur d'autres méthodes.
Attention dans les montagnes basques aux pottoka et autres animaux qui paissent en toute liberté. Il suffit de lever le pied pour profiter de leur beauté.
Certains diront qu'ils ne savaient pas... Il est sûr que parfois une signalisation plus systématique de la présence d'animaux sauvages autour des routes fréquentées permettrait une meilleure cohabitation entre véhicules et animaux sauvages. La vie des hommes en dépend. Chaque année, ce type d'accidents tue plus de trente personnes.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement