xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

La nuit de la chouette... et du hibou


Vendredi 18 Mars 2011


Les chouettes ont-elles mauvais esprit ? Les hiboux sont-ils leurs mâles ? Les unes et les autres ne vivent-ils que la nuit ? Pour répondre à toutes ces questions, la Fédération des parcs naturels régionaux et la LPO organisent leur 9e nuit de la chouette demain, 19 mars. Des sorties nocturnes, des ateliers, des projections de films sont ouverts gratuitement au public sur tout le territoire métropolitain.




La nuit de la chouette... et du hibou
Que n’a-t-on médit sur les chouettes et les hiboux ! A leur époque, les Romains qui entendaient le cri d’un hibou croyaient qu’il prévenait d’une mort prochaine. Oiseau des sorciers et de la magie noire, la croyance a survolé les siècles et il n’était pas rare dans les campagnes européennes de clouer le cadavre d’une chouette à la porte. L’animal éloignait alors les mauvais esprits…

La chouette est-elle un hibou ? Non. Si les deux rapaces appartiennent à la même famille, les strigiformes, l’une n’est pas la femelle de l’autre, ni le second le mâle de la première. En fait les chouettes n’ont pas l’aigrette de leurs cousins, les hiboux. A quoi sert cette aigrette, cette touffe de plumes sur leur tête ? Non pas à mieux entendre. Peut-être à mieux se camoufler dans les arbres : l’aigrette dressée ressemble à de petites branches.

De l’audition, parlons-en justement. Les deux rapaces ont une ouïe affinée. Comme leur vue d’ailleurs. Les deux sens leur permettent de fondre sur leurs proies dans des conditions de visibilité réduite. Et la nuit… tous les chats sont gris. Ou le jour par temps de brouillard. Car curieusement si les strigiformes sont aussi appelés des rapaces nocturnes, tous les hiboux et les chouettes ne vivent pas seulement la nuit. La chevêche, le hibou moyen-duc savent vivre en pleine lumière. Et la chevêchette et le hibou des marais préfèrent le soleil à la lune.

C’est pour apprendre et mieux comprendre les mœurs de ces drôles d’oiseaux que la Fédération des parcs naturels régionaux et la LPO organisent demain la nuit de la chouette. Ils proposent au grand public ce jour-là des animations gratuites dans toute la France.

La France métropolitaine abrite neuf espèces de rapaces nicheurs : l’effraie des clochers appelée aussi la dame blanche, la chevêche d’Athéna, le hibou moyen-duc, la chouette hulotte, le grand-duc d’Europe, la chevêchette d’Europe et la chouette de Tengmalm, le hibou des marais et enfin le petit-duc scops, le seul hibou à hiverner en Afrique avant de migrer ici en avril et le plus petit d’entre tous. Sa taille atteint 21 centimètres.

Si les croyances d’antan ne menacent plus ces rapaces nocturnes, ils subissent aujourd’hui d’autres menaces. Le paysage des campagnes a changé, et « la transformation des prairies en cultures, la suppression des haies et des arbres isolés, l’assèchement des marais et l’utilisation de pesticides agricoles les privent de nourriture et de sites de nidification » expliquent les organisateurs de la nuit de la chouette.

Le grand-duc d’Europe est souvent victime d'électrocutions et de collisions avec les lignes électriques. Le trafic routier tue chaque année des dizaines de milliers de chouettes et de hiboux. Ces rapaces sont happés souvent par les phares des véhicules lorsque, la nuit, ils vont chasser près des routes et des autoroutes. C’est ainsi que 15 000 à 20 000 effraies seraient tuées chaque année, heurtés par les voitures...

Demain donc rendez-vous à l’une des animations programmées près de chez vous. Pour les connaître, http://nuitdelachouette.lpo.fr/participant.php. Les noctambules vont être ravis : les sorties ont souvent lieu de nuit.


Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement