xoriburu.info
Les animaux de nos mers et rivières

La méduse, prochain élixir de jouvence ?


Dimanche 9 Juin 2013


Le soleil n’a même pas eu le temps de réchauffer les eaux du golfe de Gascogne que les méduses ont débarqué sur les plages basques en début de semaine dernière. Leur irruption est peut-être fortuite, ces animaux embarqués par les courants marins. Pour autant elle fait écho à une alerte lancée par un rapport de la FAO : supplanteront-elles un jour les poissons ? Pour y remédier, une solution : s'en faire des fricassées.




Certaines espèces de méduses menacent les poissons que consomme l'homme ©V.B.
Certaines espèces de méduses menacent les poissons que consomme l'homme ©V.B.
La semaine dernière, des centaines de méduses ont jonché les plages basques alors que le beau temps faisait un petit tour et puis s’en est allé. Des Pelagia noctiluca a précisé Françoise Pautrizel, directrice générale de Biarritz Océan au quotidien Sud-Ouest. Ces méduses qui peuvent mesurer jusqu’à 10 centimètres de diamètre sont particulièrement urticantes. Présentes en mer Méditerranée, en mer Rouge et dans l’océan Atlantique, elles brillent dans l’obscurité, phosphorescentes.

L’arrivée des méduses surprend toujours. Et chaque fois la question est posée : ne prolifèreraient-elles ? Cycle naturel ou conséquences du réchauffement climatique ? Tous les scientifiques ne sont pas d’accord. Mais le 30 mai dernier, un rapport de la FAO a attiré l’attention sur la prolifération de ces cnidaires, ses causes et ses conséquences en mer Méditerranée et en mer Noire.

Les méduses déciment les poissons en mer Noire

Quand ce ne sont pas les méduses qui dérangent les nageurs ce sont les physalies ©V.B.
Quand ce ne sont pas les méduses qui dérangent les nageurs ce sont les physalies ©V.B.
D’un côté, le rapport pointe du doigt la surpêche dont sont victimes leurs grands prédateurs marins (tortue Luth, anémone de mer, thon rouge, poisson-lune...) La chute des populations des mangeurs de méduses profiterait donc à ces dernières. .C’est en tous les cas l’un des facteurs de leur prolifération. Il en existe d’autres : « le réchauffement climatique, qui favorise les espèces tropicales; 
l'eutrophisation, qui s'accompagne d'une augmentation de la richesse de l'eau en nutriments et enfin le recours massif aux digues pour prévenir l'érosion des côtes et le grand nombre de ports touristiques, habitat idéal pour les méduses qui au début de leur vie sont des polypes », relève le rapport.

De l’autre côté, cette prolifération de méduses menace les poissons plus petits que consomme l’homme. Voire surconsomme. Car les méduses se nourrissent de leurs larves et de leurs juvéniles. Un cercle vicieux dont l’impact est direct sur les ressources halieutiques disponibles. C’est ainsi que dans les années 1980 en mer Noire les bancs de poissons pêchés par les hommes furent décimés par la méduse appelée Mnemiopsis leidyi. Cette espèce qui vit habituellement dans l'océan Atlantique, fut introduite accidentellement dans cette mer. Paradoxalement, il fallut l’arrivée d’une autre espèce de méduse envahissante pour se débarrasser des Mnemiopsis leidyi. La première ne fait qu’une bouchée de la seconde dont elle s’alimente.

Des méduses au menu des familles

Une fricassée de méduses au menu du jour ? ©V.B.
Une fricassée de méduses au menu du jour ? ©V.B.
« Les méduses sont de plus en plus présentes dans les océans du monde entier, ce qui conduit certains experts à parler d'un «changement global de régime, d'un océan de poissons à un océan de méduses», dans lequel les méduses supplanteraient les poissons » souligne le rapport ! Un cauchemar pour les baigneurs!

Peut-on l’éviter ? Les auteurs du rapport dégagent plusieurs solutions. Bien sûr, ils préconisent la lutte contre la surpêche, les émissions de gaz à effet de serre et les causes de l'eutrophisation qui améliorerait sans aucun doute la qualité de l'environnement en général et pourrait ainsi réduire le nombre de méduses.

Mais il y a encore plus simple : se mitonner des petits plats de méduses. Certaines espèces sont déjà consommées dans certains pays. Et engager la médecine à utiliser les qualités thérapeutiques.

Encore mieux : « l'utilisation de la «méduse immortelle» (Turritopsis nutricula), capable d'inverser le processus du vieillissement et riche de promesses, pour l'élaboration de produits régénérants pour les êtres humains. » Les méduses sont finalement pleines de promesses d’avenir.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 16:58 Un globicéphale échoué à Bidart


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Abandons : We are the champions

Les années passent et rien ne change : les abandons de chiens, chats, lapins... flirtent toujours les 100 000. La fondation 30 millions d'amis repart en campagne cet été dans une vidéo marquée par la célèbre chanson de Queen, We are the champions.

21/06/2019





Partager votre site


La puce à l'oreille
12/07/2019

Isolation à 1 euro, c'est peut-être l'anarque

Isoler son logement pour un euro ? C'est l'un des mirages que proposent des sociétés de démarchage téléphonique. Attention à l'arnaque prévient le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques en des termes plus jolis. Et ces sociétés n'hésitent pas à se dire mandatées par le Département... « Face à ces pratiques commerciales trompeuses, voire agressives, le Département invite ainsi les propriétaires à prendre le temps avant de s’engager ou de signer des contrats. Certaines isolations employées sont loin d’être efficaces et peuvent s’avérer dangereuses pour vous et votre logement. » Mieux vaut contacter la Mission Habitat du Conseil pour toute information et conseil au 05.59.11.44.23 ou les Espaces Info Energie Béarn (05.59.14.60.64) et Pays Basque (05.59.46.31.60).


On marche sur la tête !

La recherche agro-alimentaire n'a pas renoncé aux vaches à hublot

Ce sont encore des images choc que l'association L214 Ethique et Animaux a dévoilées ce matin. Vaches, le corps perforé, veaux enfermés dans des box exigus, poulets trop gros pour marcher... Cette fois-ci, la caméra plonge dans les excès d'un centre de recherche nutritionnelle pour l'élevage.



Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement