xoriburu.info
Ecosystèmes

La marée noire en Nouvelle-Zélande englue les oiseaux


Lundi 17 Octobre 2011


Le 5 octobre dernier, un porte-conteneur battant pavillon libanais s'échouait au large de Tauranga en Nouvelle-Zélande. Alors que bien des regards se tournaient vers le pays pour la Coupe du monde de rugby, le navire menaçait de perdre ses marchandises, certaines toxiques, et son fuel. Les opérations de pompage ont été retardé par le mauvais temps. Les équipes se mobilisent pour sauver la faune sauvage.




Ici un pingouin soigné au centre de Tauranga ©Maritime New Zeland
Ici un pingouin soigné au centre de Tauranga ©Maritime New Zeland
Les opérations de pompage ont commencé aujourd’hui en Nouvelle-Zélande. Le temps l’a permis, les hommes ont lancé l’opération et parvenu dans la nuit à soutirer 21 tonnes de pétrole des cuvées du porte-conteneur Rena. Les autorités espèrent maintenir les efforts tant que les conditions météorologiques le permettront. Mais elles pourraient changer d’ici peu.

Pour l’heure quelque 300 tonnes de carburant ont déjà souillé la baie de Plenty. Là où le Rena s’est échoué le 5 octobre dernier. Le pays est inquiet car cette région au sud d’Auckland est un paradis marin. SI le Rena venait à se briser, il lâcherait plus de mille tonnes de pétrole qui menacerait sa biodiversité et son écosystème.

Sur la côte, les secouristes de la faune sauvage arpentent les moindres recoins. Pas moins de 80 km où ils ramassent les animaux touchés par la première vague de marée noire. Ils capturent les phoques pour contrôler leur état. La faune sauvage a déjà payé son tribut. 1 250 oiseaux ont déjà trouvé la mort (1), englués dans la marée noire. Les principales victimes sont des espèces de haute mer, notamment les puffinures plongeurs (Pelecanoides urinatrix), les puffins volages (Puffinus gavia)et les puffins de Buller, s’alarme la LPO en France tenu informer par son correspondant néo-zélandais, The Royal Forest and Bird Protection Society.



Un cormoran huppé nettoyé au centre de soins de Tauraga. ©Massey University
Un cormoran huppé nettoyé au centre de soins de Tauraga. ©Massey University
Toutes ces espèces (pétrels, puffins, albatros, fous…) s’installent actuellement pour nicher sur les îles alentours, à proximité de la zone de pollution. On estime ainsi qu’environ 10 000 puffins gris, des milliers de puffinures plongeurs, d'océanites frégates et de Puffins volages sont déjà installés sur leur site de nidification.

Par ailleurs, une colonie de plusieurs milliers de fous niche sur « les White Island » et près de 200 à 300 manchots pygmées vivent sur la côte, à proximité de la pollution.

Le nombre important de puffins de Buller, retrouvés mort, est également significatif. Cette espèce ne niche, en effet, que dans les Poor Knights Islands, au nord d’Auckland et à plus de 200 kms de la zone de naufrage, ce qui indique que la zone d’impact a déjà dépassé la baie de Plenty.

Jusqu’à présent le centre de soins pour la faune sauvage alerté s’occupe de 181 oiseaux vivants et trois phoques (2).

La Baie de Plenty abrite aussi une petite colonie de pluviers roux. Les équipes de secours espèrent pouvoir capturer la plupart afin de les protéger. Une attention particulière est accordée à cette espèce parce qu’elle est en danger. Sa population compte 1500 individus précisent les autorités maritimes du pays.

A lire

Virginie Bhat


Zoom

Abandons : We are the champions

Les années passent et rien ne change : les abandons de chiens, chats, lapins... flirtent toujours les 100 000. La fondation 30 millions d'amis repart en campagne cet été dans une vidéo marquée par la célèbre chanson de Queen, We are the champions.

21/06/2019





Partager votre site


La puce à l'oreille
12/07/2019

Isolation à 1 euro, c'est peut-être l'anarque

Isoler son logement pour un euro ? C'est l'un des mirages que proposent des sociétés de démarchage téléphonique. Attention à l'arnaque prévient le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques en des termes plus jolis. Et ces sociétés n'hésitent pas à se dire mandatées par le Département... « Face à ces pratiques commerciales trompeuses, voire agressives, le Département invite ainsi les propriétaires à prendre le temps avant de s’engager ou de signer des contrats. Certaines isolations employées sont loin d’être efficaces et peuvent s’avérer dangereuses pour vous et votre logement. » Mieux vaut contacter la Mission Habitat du Conseil pour toute information et conseil au 05.59.11.44.23 ou les Espaces Info Energie Béarn (05.59.14.60.64) et Pays Basque (05.59.46.31.60).


On marche sur la tête !

La recherche agro-alimentaire n'a pas renoncé aux vaches à hublot

Ce sont encore des images choc que l'association L214 Ethique et Animaux a dévoilées ce matin. Vaches, le corps perforé, veaux enfermés dans des box exigus, poulets trop gros pour marcher... Cette fois-ci, la caméra plonge dans les excès d'un centre de recherche nutritionnelle pour l'élevage.



Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement