xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

La guerre contre le frelon asiatique sent le soufre


Mercredi 11 Septembre 2013


Le dioxyde de soufre interdit depuis 2007 est une arme efficace contre les nids de frelons asiatiques : sélectif, facile d'emploi, bon marché et impact plus limité que d'autres biocides sur les milieux naturels. A la demande des apiculteurs, les ministères de l'Ecologie et de l'Agriculture ont autorisé à l'utilisation du SO2 jusqu'au 5 janvier prochain. Une condition : la formation préalable car la substance est aussi toxique pour les hommes.




Les professionnels pourront utiliser le dioxyde de soufre pour détruire les nids de frelons en hauteur jusqu'au 5 janvier prochain ©V.B.
Les professionnels pourront utiliser le dioxyde de soufre pour détruire les nids de frelons en hauteur jusqu'au 5 janvier prochain ©V.B.
Si le temps exécrable au printemps dernier a contrarié de nombreuses activités humaines et les humeurs, il a eu le mérite de mettre un peu en sourdine la prolifération du frelon asiatique sur certains territoires. Une mise en sourdine favorisée par la mobilisation des apiculteurs devant leurs ruchers et l’implication de nombreuses collectivités locales. Ces dernières ont encouragé leurs administrés à poser des pièges afin de capturer les reines fondatrices avant qu’elles ne commencent à construire leurs nids.

Lees apiculteurs ont demandé d'utiliser le dioxyde de soufre, interdit depuis 2007

Pour autant, l’ennemi juré des abeilles domestiques n’a pas stoppé son invasion en France. L’espèce déclarée « exotique envahissante et nuisible en 2012 par le gouvernement a grignoté de nouveaux espaces. Selon l’Union nationale de l’apiculture française de nombreux départements du sud-est et du centre sont aujourd’hui à leur tour touchés.

Faute d’une arme fatale et sélective que les scientifiques cherchent dans leurs laboratoires, le monde des abeilles avait demandé au gouvernement français la possibilité d’utiliser le dioxyde de soufre pour détruire les nids des frelons aisatiques. Les professionnels ont souligné les propriétés de cette substance : action sélective et absence de persistance dans l’environnement, facilité d’emploi pour le traitement des nids en hauteur et faible coût.

Seul problème : le dioxyde de soufre était interdit depuis 2007pour cet usage. Ou plus exactement il n’appartenait pas à la liste des substances actives biocides insecticides autorisées, faute d’une demande d’une évaluation de son action. Sollicité par les apiculteurs pour une autorisation temporaire, le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie a saisi l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement, et du travail (Anses) afin de disposer d’une évaluation de l’efficacité et des impacts sur l’environnement et la santé humaine de l’utilisation du dioxyde de soufre vis à vis des autres produits biocides dûment autorisés.

Le dioxyde de soufre est toxique pour les frelons mais aussi pour l'homme

L’Anses a rendu son avis (1) le 23 juillet dernier : « L’utilisation du SO2 est une technique efficace de lutte contre le frelon asiatique. Elle permet d’accéder aux nids en hauteur. Les impacts sur l’environnement et en particulier les organismes non-cibles sont très limités comparés aux autres techniques de lutte chimique. En revanche, les dangers pour l’homme sont importants, ce qui implique une utilisation contrôlée dans le strict respect des consignes de sécurité. »

Et l'agence de poursuivre : « Dans le cas d’une dérogation d’autorisation temporaire du SO2, des mesures de gestion doivent également être mises en place pour limiter au maximum l’exposition des passants et des riverains. Un périmètre de sécurité doit être installé autour du nid au moment de l’application, et une information doit être faite auprès des personnes alentour. »

L’avis de l’Anses a été discuté au sein de la commission des produits chimiques et biocides le 29 juillet dernier. Le 21 août, les ministères chargés de l’écologie et de l’agriculture autorisaient par arrêté, à titre dérogatoire pendant 120 jours (jusqu’au 5 janvier 2014) l’utilisation du dioxyde de soufre pour la lutte contre le frelon asiatique et définissaient les mesures de prévention indispensables à une utilisation sûre de cette substance. L'arrêté a été publié le 7 septembre au Journal officiel.

« Ces travaux mettent en évidence que, par rapport aux alternatives identifiées, le dioxyde de soufre présente des dangers importants (toxicité aiguë par inhalation) pour les opérateurs lors de l’utilisation de la substances mais que cette substance présente un impact plus limité sur les milieux naturels (substances non rémanentes) ainsi que des avantages pour sa mise en œuvre (action sélective, traitement instantané) » ont annoncé aujourd'hui les ministères de l'Ecologie et de l'agriculture dans un communiqué commun.

Aux professionnels désormais d'obtenir une autorisation pérenne....

L'Unaf n'a pas tardé à réagir : « Les apiculteurs attendaient avec impatience l’autorisation de l’utilisation de ce produit et s’en réjouissent. Ils regrettent toutefois que cet arrêté ne soit pas paru plus tôt en saison et craignent que l’obligation de formation conditionnant son utilisation, toute indispensable qu’elle soit, ne retarde la destruction des nids au SO2. »

« Les pratiques de lutte contre le frelon asiatique développées par les apiculteurs et l’ensemble des citoyens concernés par cette question sont enfin reconnues par les pouvoirs publics, s'est de son côté félicité Richard Legrand, apiculteur en Dordogne, spécialiste de la question du frelon au sein de l’Unaf et auditionné par l’Anses. Cette reconnaissance permet d’éviter le recours aux insecticides de synthèse qui eux présentent un fort risque de toxicité pour l’environnement du fait de leur longue rémanence. » Reste aux opérateurs à se montrer prudents.

Les ministères leur laissent le soin désormais de « compléter l’évaluation de l’efficacité du produit et de ses risques pour la santé et l’environnement, afin d’obtenir une autorisation pérenne dans le cadre général de la réglementation biocide, au même titre que les autres substances » Le dioxyde de soufre sera-t-il la panacée contre le frelon asiatique ?

(1) Pour consulter l'avis de l'Anses, cliquez sur la pièce jointe ci-dessous.
bioc2013sa0110.pdf BIOC2013sa0110.pdf  (323.47 Ko)

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement