xoriburu.info
Zooms

La grenouille des Pyrénées fête ses vingt ans


Jeudi 11 Avril 2013


Voilà vingt ans, les spécialistes découvraient une nouvelle espèce dans les Pyrénées. Une petite grenouille qui navigue dans les torrents de nos montagnes.




Ce n’est qu’en 1993 que la grenouille des Pyrénées a été officiellement reconnue. Non pas que le batracien d’à peine cinq centimètres vit le jour dans le massif ce jour-là. Mais les spécialistes ne l’avaient pas réellement différenciée d’autres espèces de grenouilles. Entre autres de la grenouille ibérique que certains spécialistes pensaient installée dans le massif.

Ce batracien s’enveloppe d’une robe cannelle à gris olive. La femelle peut arborer des nuances rougeâtres. Silhouette svelte, c’est une espèce aquatique. Elle fréquente surtout les torrents de montagne, les eaux rapides froides et oxygénées. Certains observateurs l’ont surprise dans des abreuvoirs ou des fontaines où l’eau coule à perpétuité.

Un territoire proche du mouchoir de poche dans les Pyrénées-Atlantiques

On rencontre cette grenouille dans les Pyrénées occidentales et centrales. Sur le versent sud, sa population se distribue de la vallée d’Irati en Navarre jusqu’au parc national d’Ordesa et le Mont Perdu en Aragon. Sur le versent nord du massif, sa présence est plus que timide. Elle ne fréquente que les Pyrénées-Atlantiques. Sa présence a été notée dans quelques localités de la forêt d’Iraty. Mieux, selon le guide des amphibiens et des reptiles d’Aquitaine, la reproduction de l’espèce n’est connue que dans quatre ruisseaux du département : à l’heure actuelle, sa population occuperait un territoire de moins de deux kilomètres carrés. Un mouchoir de poche !

Selon l’encyclopédie virtuelle des vertébrés espagnols, l’espèce a l’habitude de se reproduire dans des zones que fréquente une autre espèce endémique pyrénéenne, une salamandre appelée calotriton des Pyrénées. Dès le dégel, entre février et avril, mâles et femelles cherchent leur âme sœur. Et les femelles cachent ses pontes sous des pierres, de la végétation ou dans le lit de rivières où le courant s’apaise.

Protégée en France, l’espèce classée en danger par l’Union mondiale de la nature est menacée. Son habitat se détériore, quand il n’est pas détruit. Les spécialistes pointent du doigt une autre menace : l’introduction de truites dans les torrents de montagne. Ces poissons, adultes, ne les boudent pas à leur repas ! La grenouille des Pyrénées reste encore une espèce méconnue. Des études transfrontalières sont aujourd’hui réalisées pour assurer la conservation de sa population indique le guide des amphibiens réalisé par l’association Cistude Nature voilà trois ans.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2015 - 16:36 Pas de tracts contre les Animaliades



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement