xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

La demoiselle du Lamoulie


Jeudi 28 Juin 2012


Rendez-vous manqué aujourd’hui : la demoiselle a déserté les berges du Lamoulie dont les eaux coulent vers la plage d’Ilbarritz et son Océan Atlantique. La demoiselle a-t-elle donc trouvé son âme sœur ? Préfère-t-elle l’après-midi voler vers un autre ruisseau ? Ou le temps gris l’a-t-il donc incitée à replier ses ailes bleues sous d’autres ombrages ?




Perchée sur une feuille, la demoiselle attend sa proie ©V.B.
Perchée sur une feuille, la demoiselle attend sa proie ©V.B.
Voilà trois jours, alors que le soleil matinal réchauffait le lac Mouriscot, les canes cacardaient sur le plan d’eau. Aussi attentives que les poules à l’égard de leurs poussins, elles appelaient leurs canetons dès que l’un d’eux semblait vouloir échapper à leur surveillance.

Moineaux, merles, bergeronnettes grises et autres oiseaux virevoltaient d’un arbre à un autre, en quête sans doute de quelques nourritures terrestres. Sur les chemins tracés, quelques promeneurs profitaient des températures clémentes pour s’exercer à la course à pied, voire à bicyclette.

La demoiselle est ici un calopteryx virgo mâle

Le calopteryx virgo se nourrit d'insectes ©V.B.
Le calopteryx virgo se nourrit d'insectes ©V.B.
Un peu plus loin le long du Lamoulie où certains chiens aiment se prélasser, les papillons virevoltaient d’une fleur à l’autre. Et posée délicatement sur une feuille qui surplombait les eaux du ruisseau, une demoiselle. Ses gros yeux globuleux noirs paraissaient bien énigmatiques à l’être humain qui l’observait. Ses quatre grandes ailes pliées chatoyaient d’un bleu profond sous les rayons du soleil. Puis elles s’ouvraient et d’un bond le corps élégant s’envolait pour une voltige rapide. Une autre feuille. Un autre repos.

La demoiselle finalement s’avéra un mâle. Un calopteryx virgo. Chez cette demoiselle, la femelle porte des parures plus sobres. Si son corps est aussi vert, ses ailes sont plus souvent brunâtres. Le calopteryx virgo est un insecte, de l’ordre des odonates.

Les odonates sont souvent appelés libellules. Dans la classification, cet ordre regroupe deux sous-ordres, les zygoptères (ou demoiselles) et les anisoptères (ou libellules stricto sensu). Dix-huit d’entre eux sont protégés en France ; ils bénéficient d’un plan national d'actions. Le calopteryx Virgo qui n’est pas considéré comme menacé ne fait pas partie de ce plan.

Le calopteryx virgo vit au bord des eaux vives et ombragées

Le calopteryx virgo aux ailes bleues ©V.B.
Le calopteryx virgo aux ailes bleues ©V.B.
Le calopteryx virgo aime les eaux vives et ombragées. L’eau est au cœur de sa vie. C’est là que la femelle, après un accouplement spectaculaire, pondra ses œufs, sur des plantes émergeantes. Après leur éclosion, les larves, pas mauvaises nageuses, se nourrissent de zooplancton, puis de vers et d’insectes aquatiques.

Au fil des mois, les larves de cette demoiselle se développent dans la végétation aquatique ; elles muent à plusieurs reprises. A leur stade terminal, elles quittent leurs eaux nourricières pour leur métamorphose. Les jeunes demoiselles qu’elles sont devenues s’éloignent des lieux de leur enfance. Elles sont encore immatures : en quelques jours, leurs couleurs s’affirmeront et leurs organes sexuels deviendront fonctionnels.

Mature, le calopteryx virgo mâle trouvera des eaux vives boisées. Perché sur une feuille ou une autre, ses gros yeux noirs veilleront à la moindre présence d’insectes dont la demoiselle se nourrira. En attendant sa belle.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement