xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

La demoiselle du Lamoulie


Jeudi 28 Juin 2012


Rendez-vous manqué aujourd’hui : la demoiselle a déserté les berges du Lamoulie dont les eaux coulent vers la plage d’Ilbarritz et son Océan Atlantique. La demoiselle a-t-elle donc trouvé son âme sœur ? Préfère-t-elle l’après-midi voler vers un autre ruisseau ? Ou le temps gris l’a-t-il donc incitée à replier ses ailes bleues sous d’autres ombrages ?




Perchée sur une feuille, la demoiselle attend sa proie ©V.B.
Perchée sur une feuille, la demoiselle attend sa proie ©V.B.
Voilà trois jours, alors que le soleil matinal réchauffait le lac Mouriscot, les canes cacardaient sur le plan d’eau. Aussi attentives que les poules à l’égard de leurs poussins, elles appelaient leurs canetons dès que l’un d’eux semblait vouloir échapper à leur surveillance.

Moineaux, merles, bergeronnettes grises et autres oiseaux virevoltaient d’un arbre à un autre, en quête sans doute de quelques nourritures terrestres. Sur les chemins tracés, quelques promeneurs profitaient des températures clémentes pour s’exercer à la course à pied, voire à bicyclette.

La demoiselle est ici un calopteryx virgo mâle

Le calopteryx virgo se nourrit d'insectes ©V.B.
Le calopteryx virgo se nourrit d'insectes ©V.B.
Un peu plus loin le long du Lamoulie où certains chiens aiment se prélasser, les papillons virevoltaient d’une fleur à l’autre. Et posée délicatement sur une feuille qui surplombait les eaux du ruisseau, une demoiselle. Ses gros yeux globuleux noirs paraissaient bien énigmatiques à l’être humain qui l’observait. Ses quatre grandes ailes pliées chatoyaient d’un bleu profond sous les rayons du soleil. Puis elles s’ouvraient et d’un bond le corps élégant s’envolait pour une voltige rapide. Une autre feuille. Un autre repos.

La demoiselle finalement s’avéra un mâle. Un calopteryx virgo. Chez cette demoiselle, la femelle porte des parures plus sobres. Si son corps est aussi vert, ses ailes sont plus souvent brunâtres. Le calopteryx virgo est un insecte, de l’ordre des odonates.

Les odonates sont souvent appelés libellules. Dans la classification, cet ordre regroupe deux sous-ordres, les zygoptères (ou demoiselles) et les anisoptères (ou libellules stricto sensu). Dix-huit d’entre eux sont protégés en France ; ils bénéficient d’un plan national d'actions. Le calopteryx Virgo qui n’est pas considéré comme menacé ne fait pas partie de ce plan.

Le calopteryx virgo vit au bord des eaux vives et ombragées

Le calopteryx virgo aux ailes bleues ©V.B.
Le calopteryx virgo aux ailes bleues ©V.B.
Le calopteryx virgo aime les eaux vives et ombragées. L’eau est au cœur de sa vie. C’est là que la femelle, après un accouplement spectaculaire, pondra ses œufs, sur des plantes émergeantes. Après leur éclosion, les larves, pas mauvaises nageuses, se nourrissent de zooplancton, puis de vers et d’insectes aquatiques.

Au fil des mois, les larves de cette demoiselle se développent dans la végétation aquatique ; elles muent à plusieurs reprises. A leur stade terminal, elles quittent leurs eaux nourricières pour leur métamorphose. Les jeunes demoiselles qu’elles sont devenues s’éloignent des lieux de leur enfance. Elles sont encore immatures : en quelques jours, leurs couleurs s’affirmeront et leurs organes sexuels deviendront fonctionnels.

Mature, le calopteryx virgo mâle trouvera des eaux vives boisées. Perché sur une feuille ou une autre, ses gros yeux noirs veilleront à la moindre présence d’insectes dont la demoiselle se nourrira. En attendant sa belle.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement