xoriburu.info
Zooms

La chasse aux phoques ouverte au Canada


Lundi 14 Avril 2014


La banquise va une nouvelle fois rougir. Rougir du sang des bébés phoques dont la chasse a ouvert aujourd'hui à Terre-Neuve. Une chasse qui se meurt pour l'association HSI.




Après les Îles-de-la-Madeleine en mars dernier, c'est au tour de Terre-Neuve d'annoncer l'ouverture de la chasse au phoque. Une chasse qui attire toujours les foudres des associations de protection animale : les méthodes de chasse des jeunes phoques sont toujours trop cruelles.

Le Canada conteste toujours l'embargo commercial de l'UE sur les peaux de phoques

Selon l'organisation canadienne HSI, Humane Society International, cette pratique est moribonde. Principalement maintenue à flots par les allocations gouvernementales. Cette saison, seule une quinzaine de navires auraient même annoncé leur intention d'appareiller pour le nord-est de Terre-Neuve.

Il est vrai que la fermeture des marché américain, européen et russe ne permettent plus aux chasseurs d'écouler leurs marchandises. Reste le marché chinois que les autorités canadiennes voulaient investir.

L'interdiction européenne d'importer des peaux de jeunes phoques sur son territoire ne concerne pas celle issue de la chasse dite de subsistance des populations Inuits. Une chasse que ne conteste d'ailleurs pas l'association HSI Canada.

L'embargo européen est toujours contesté par le gouvernement canadien qui a porté l'affaire devant l'Organisation mondiale du commerce. En novembre dernier, l'Omc avait statué et conclu que la décision de l'Union européenne pouvait être justifiée en vertu "des inquiétudes morales" pour le bien-être des animaux. Même si cette interdiction d'importation nuisait aux échanges commerciaux. Le Canada a fait appel de la décision de l'Omc.

Cette année, 400 000 phoques, surtout du Groenland, pourront être tués. En 2013, si le quota de chasse était semblable, les chasseurs avaient abattu 70 000 animaux.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images


La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement